REFLEXION

Des employeurs privés transgressent les droits des travailleurs à Ain Témouchent

Certains employeurs embauchent des mineurs pour les exploiter en leur payant de maigres salaires voire insignifiants à leur mépris et au détriment de la loi de la République régissant les dispositions du recrutement.



Le chômage et la dégradation du pouvoir d’achat qui s’accentue d’une année à une autre  fait contraindre plusieurs chômeurs et chômeuses à se débrouiller ou procurer du travail dans des entreprises privées des différents secteurs notamment le  bâtiment , les travaux publics   et hydraulique (BTPH) , établissements de boissons alcoolisées ou non alcoolisées,  des cafés, des restaurants, des cybercafés, des épiceries,  des librairies,  des mines , des carrières, des usines agro-alimentaires , de pêche ou autres, sans pour autant bénéficier des droits d’assurances sociales, syndicales, de la dotation des moyens de prévention contre les dangers professionnels , sécuritaires et sanitaires .
Parfois, certains embauchent des mineurs  pour les exploiter en leur payant  de maigres salaires voire insignifiants  à leur mépris et au détriment de la  loi de la République   régissant les dispositions du recrutement. Contactés par nos soins, les services de  l’inspection du travail nous ont fait savoir que leurs agents contrôlent souvent les entreprises publiques que privées, et une fois ils constatent  un fait ou acte  transgressant  la loi du travail, le contrevenant  fera éventuellement  l’objet de procédure devant être transmises  à la justice. Cette mesure de contrôle en matière de protection des droits d’assurances sociales, est également exécutée par les inspecteurs des agences de la  C.N.A.S et CASNOS. En ce qui concerne le droit syndical, l’UGTA nous a précisé  que la loi 90/14 relative à l’exercice syndical est claire, et n’épargne ni établissement public ni établissement privé quelque soit son activité ou son administration. Répondant au  journal, un responsable syndical nous a affirmé qu’au niveau des établissements étatiques et publics,  les travailleurs ou les fonctionnaires ne trouvent aucune difficulté pour créer leurs représentants syndicaux néanmoins au sein des établissements privés, plusieurs collectifs de travailleurs sont dépourvus de représentation syndicale soit avec une complicité « forcée » ou sous pression du travailleur ou l’ouvrier afin qu’il ne perde pas  son travail où qu’il soit , et ce à ses dépens , ou négligence ou désintéressement des patrons des entreprises pour que les travailleurs ne s’enquissent pas de leurs droits et obligations dans le cadre de la loi du travail. Et cette situation profite largement aux employeurs privés.
A cet effet, les responsables de tutelle concernés sont interpellés pour constituer des commissions composées par des représentants de l’inspection du travail, des agences CNAS – CASNOS –C.N.R, Direction de la Santé et  de la Population, devant sillonner les entreprises publiques et privées afin que toutes les parties aussi bien travailleuses qu’employeurs soient soumises aux lois de la République.

B.Abdelgheffar
Lundi 14 Mai 2012 - 10:34
Lu 245 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+