REFLEXION

Des députés appellent à mettre le FLN au musée

PROPOSITION D’AMENDEMENT DE LA LOI



Des députés appellent à mettre le FLN au musée
Durant les sept années et demie il a démontré sa force mobilisatrice, par le sacrifice des hommes, et comme le revendiquent certains, le FLN appartient au peuple algérien du fait qu’il a été le rassembleur. Des voix se sont élevées, pour dit-on qu’il soit en sécurité et qu’il ne soit plus utilisé comme monnaie d’échange ou comme un registre de commerce. Il est clair que si les Vingt-deux députés, issus essentiellement du Front national algérien (FNA) et indépendants, ont transmis, ce lundi 10 octobre au bureau de l’APN, une proposition de révision de la loi 99-07 relative au Moudjahid et au Chahid, ils n’ont pas hésité à demander a ce que le FLN et l’ALN soient ajoutés à la liste des symboles de la guerre de libération nationale. Dans l’exposé transmis, Ali Brahimi un élu de la wilaya de Bouira a déclaré : « Il est absurde que la déclaration du premier novembre 1954 soit consacrée comme un symbole de la libération nationale tandis que le couple FLN-ALN, qui en est à l’origine, est ignoré ».

Le FLN et l'ALN doivent-ils rejoindre les autres symboles de la révolution ?
Aussi selon lui, le FLN et l’ALN devraient être ajoutés dans l’article 52 de la loi aux neuf autres symboles de la révolution, notamment l’hymne national, le Chahid, le moudjahid, la veuve de Chahid et les hauts faits historiques. Les initiateurs ont aussi demandé à ce qu’un nouvel article (52 bis) soit intégré et que dorénavant « l’usage des mêmes noms, sigles et autres signes distinctifs appartenant aux organisations symboles de la révolution de libération nationale est prohibé. Les organisations dont les appellations et sigles utilisent ces symboles sont tenues d’y renoncer dans un délai de six mois à compter de la promulgation de la présente loi ». Pour Ali Brahimi, « les authentiques Moudjahidine et les valeureux Chahid ont le droit de voir l’objet des sacrifices de leur jeunesse mis à l’abri des erreurs, fautes et dérives d’intérêts bien actuels. C’est là le seul moyen de cultiver le respect de l’histoire de la Nation ». Il affirme que cette initiative est «totalement étrangère aux conflits internes qui agitent le parti du FLN, n’est nullement dirigée contre ses militants que je respecte autant qu’ils me respectent. Ils ont leur vision et sont parfaitement en droit de s’organiser autour d’elle dès lors qu’ils ne s’approprient pas le capital commun du combat de tout un peuple ». Pour les observateurs, cette appel n’est pas fortuit et met en lumière l’état de déliquescence qui agite la maison FLN et les conséquences de la dérive qui l’agite surtout depuis la levée des boucliers des redresseurs, contre le secrétaire général Abdelaziz Belkhadem, qui selon certains militants, monopolise le parti, aussi fallait-il attendre des réactions de la part des agitateurs qui veulent accentuer les divisions et cette proposition, est une première et intervient à quelques jours des festivités du 1er novembre.

BERNARD KOUCHNER L’A DECLAREE OUVERTEMENT ?
Les militants du FLN, de leur côté commencent à s’inquiéter du fait de la lutte « fratricide » pour le « leadership » et l’élément le plus important c’est la levée de bouclier de certains militants, à l’intérieur de cette structure Révolutionnaire et qui menace son existence à long terme. Dans ce contexte l’appel des vingt députés du FNA, n’est pas pour arranger les choses et que l’ensemble serait tombé dans le jeu de l’ancien colonisateur, qui n’a jamais oublié les revers et les échecs que le FLN lui a fait subir. La grève des huit jours et la bataille d’Alger, avaient à l’époque montré au monde que le FLN représentait tous les Algériens et que la France est obligée de composer avec lui. Si l’ALN a été infiltrée par des éléments d’influence Française, le FLN quant à lui est demeuré intact jusqu’à 1962. Depuis les anciens nostalgiques de l’Algérie Française, n’ont pas cessés de cibler le FLN. La plus récente attaque est celle de l’ancien ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner qui contre l’équipe de François Mitterrand a activé en secret durant deux décennies pour déstabiliser l’Algérie. Bernard Kouchner l’a déclarée ouvertement, que la France ne peut pas composer avec l’Algérie qu’après le départ des anciens du FLN. C’est pourquoi aujourd’hui, beaucoup d’Algériens pensent qu’il existe un complot de liquidation de cette structure patriotique. Rien ne nous indique le contraire pour le moment et c’est dans cette conjoncture que les militants de la base ont lancé plusieurs appels pour assainir les structures dirigeante du Parti, qui devraient être passé aux peigne fin et connaitre les vrais raisons du départ de vrais militants patriotiques, qui ont étaient relégués aux oubliettes, en particulier à Oran où des Kasma ont étaient déracinés à l’instar de la Kasma une, qui n’existe plus et que son ancien siège a été convoité selon des déclarations de militants. Dans le même contexte, et au sein de la Mouhafadha d’Oran, des informations publiées par un quotidien local et non démenties faisaient état d’un fils de harki qui aurait occupé le poste de responsable d’une organisation de masse membre de cette Mouhafadha. Le ras le bol des militants sincères, aura des répercussions sur le sommet du Parti dans les prochains jours. Car les affrontements entre militants de ce Parti Révolutionnaire, ne font que consolider les visés et les complots de l’ancien colonialiste et lui donner raison de ce qu’il pense de cette structure. Une bande de Maffia ! D’autant plus que le FLN appartient à tous les Algériens, et il est temps qu’ils interviennent pour le sauver.

C. Djamel
Mardi 11 Octobre 2011 - 20:56
Lu 503 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+