REFLEXION

Des citoyens ferment la route menant à la décharge publique à Mostaganem !

Des citoyens ont pris la ‘’triste’’ décision de fermer la route qui mène à la décharge qui se trouve dans la cité des 600 logements, et ils sont résolus à y rester jusqu'à ce qu’une solution équitable et définitive soit trouvée à cette catastrophe écologique qu’on veut camoufler.



C‘est ce que nous a déclaré, Mr Boughazi Cheikh, le président de l’Association de quartier de la cité des 600 logements, « j’ai personnellement informé qui de droit et en temps utile sur le devenir de cette décharge sauvage qui a été installée au beau milieu d’une agglomération qui regroupe des milliers de personnes et particulièrement  sur le flan de l’Université ibn Badis où résident et étudient plusieurs milliers de personnes entre travailleurs, enseignants et étudiants de plusieurs facultés et les élèves des écoles  environnantes. » Il ajoute qu’il avait en sa possession, des pétitions et lettres adressées à MM le ministre de l’environnement, de l’intérieur, le wali, le directeur de l’environnement, le chef de daïra et le président de l’A.P..C de Mostaganem. « Cela a empiré ces derniers 04 mois, ajoutera  t il, les choses ont évolué et la situation s’est aggravée, lorsque les immondices sont brulées sur place  pour faire disparaitre les traces de cette plaie qui commence a faire des ravages sur les enfants et les vieillards avec la rentrée universitaired’une part et d’autre part. »M. Boughazi pense aux étudiants  qui recevront  leur dose de CO2 ,24/24 et tous les jours que Dieu fait.  Notre interlocuteur se dit très inquiet pour la santé des citoyens  et celles de leurs familles. A cet effet, on a constaté que les citoyens ont pris la triste décision de fermer la route qui mène à cette décharge et ils sont résolus à y rester jusqu'à ce qu’une solution équitable et définitive soit trouvée à cette catastrophe écologique. Le président de l’association rappelle que plusieurs  quotidiens et chaines de télévisions ont relayé cette affaire, dont notre journal « REFLEXION » qu’il   remercie au passage, sans aucun répondant. Le message de ces citoyens est clair, ils disent  que  les responsables prennent leur responsabilité et que des sanctions exemplaires soient prises en haut lieu. Nul n’a le droit de mettre en péril la santé et la sécurité du citoyen ».

B.Cherifi
Mardi 30 Septembre 2014 - 16:45
Lu 733 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+