REFLEXION

Des chantiers mis à l’arrêt à cause de la canicule et du jeûne



Finalement, la forte canicule causant une intense soif a fini par venir à bout de l'activité de dizaines  de chantiers qui ont préféré mettre un terme aux différents travaux qu'ils mènent. Le Ramadhan semble être un mois de congé forcé pour les  secteurs du bâtiment et des travaux publics, plusieurs entreprises ont été contraintes de cesser l'activité malgré que  ces pauses obligées  vont engendrer  des retards de livraisons aux projets. Ce déplorable constat s'explique, selon un entrepreneur en visite à son chantier à l’arrêt, par le départ massif de la main d’œuvre qui a préféré partir en congé et qui n'a pu faire face aux dures conditions climatiques et au carême. Certains chefs d'entreprises ont pu pallier à ce problème par le travail de nuit sous la lumière des projecteurs, mais malheureusement  ce mode de labeur nocturne qui n'a pu motiver l'ensemble du personnel. Ainsi, beaucoup de chantiers, autres que ceux du bâtiment, se voient obligés de cesser presque toute activité et ne maintenir que le gardiennage des lieux pour éviter les vols de matériaux de construction et du matériel. Par ailleurs, les chantiers utilisant une main d’œuvre étrangère, plus particulièrement chinoise, ne connaissent point ce problème, ils activent le plus normalement du monde !

L.Ammar
Jeudi 16 Août 2012 - 01:17
Lu 537 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par Ghodbane3labladi le 17/08/2012 13:54
Nos arrière-grands-parents avaient une foi inébranlable mais ils étaient plus tolérants. Quand le Ramadan tombait pendant la moisson (qu'on ne peut pas reporter et qui se faisait à la faucille) , ils rompaient le jeûne car jeûner et moissonner sous un soleil de plomb était un véritable suicide et le suicide est interdit en Islam. Si le pays se développe et que le travail devient la seule source de richesse au lieu de la rente, notre pensée religieuse évoluera certainement.

2.Posté par mohamed-bellal le 18/08/2012 14:13
Les Chinois ne jeûnent pas ! Adieu les 18000 emplois et les perspectives de formation qui devaient jaillir comme une source miraculeuse en plein milieu du désert économique ambiant ! L’éclaircie qui devait poindre à l’horizon a été assombrie par les nuages d’un marché de dupes, dont seuls les Chinois sont les maîtres du jeu , le gouvernement n'y va pas de main morte révélant que pas moins de 10 000 ouvriers chinois, nourris, logés, blanchis, et surtout rémunérés, vont débarquer de l’autre côté de la méditerranée pour s’atteler à la construction de la grande mosquée d'Alger , son coût plus d'un milliard d'euros , aujourd'hui tous les chantiers importants du pays sont pratiquement tous confiés aux étrangers , alors que notre beau pays en souffrance , exsangue et accablée par un chômage endémique .

PS : cette nouvelle anéantit les espoirs de milliers de jeunes qui pouvaient légitimement croire que la préférence nationale jouerait en leur faveur, et l’emporterait sur l’ambition démesurée d’un homme, qui souhaite laisser son empreinte de grand bâtisseur devant l’Eternel

3.Posté par Ghodbane3labladi le 20/08/2012 01:04
L'arrivée des Chinois n'anéantira pas l'espoir de milliers de jeunes : ils ne travailleront pas pour un SNMG de 18 mille dinars ! De nombreux jeunes ont un niveau de terminale : ils ont des besoins plus importants, sont informés, etc. Ils savent combien gagne un Chinois ! Mais le pouvoir préfère donner 50 mille dinars à un Chinois qui s'en va plutôt que de bouleverser l'échelle des salaires et multiplier par 3 les importations, surtout que les réalisations : autoroutes, ponts, logements, mosquées et MOSQUEE ne sont pas des investissements producteurs de richesses qui réduiraient les importations. Tant que le pouvoir paiera chichement des gens qui somnolent dans des bureaux surchauffés l'hiver et climatisés l'été, il y aura de moins en moins de gens qui grelotteront l'hiver, brûleront au soleil l'été, s'écorcheront les mains et risqueront de rester handicapés à vie ou de mourir des suites d'un accident de travail.

4.Posté par Ghodbane3labladi le 20/08/2012 01:17
Prenons un petit exemple : un magistrat algérien en début de carrière perçoit mensuellement 40 mille dinars de prime de logement seulement ! Plus de 2 fois le SNMG algérien avec une petite licence en droit ! Et ne parlons pas du salaire ! Un magistrat français en début de carrière perçoit un SALAIRE de 2350 euros ! A peine deux fois le SMIC ! Et il sort d'une grande école ! Un député français , vraiment élu 5000 euros, 4,80 fois le SMIC français qui est de 1070 euros ; un député algérien 30 millions de centimes, soit près de 17 fois le SNMG algérien, sans compter la partie en devises, le véhicule cadeau et les autres privilèges ! Et il n'y a pas que ceux-là !

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+