REFLEXION

Des bébés à vendre dans l’Ouest du pays

Décidément le péché se légalise chez certaines couches sociales Algériennes qui n’hésitent pas à imaginer le pire pour quelques billets. Dans ce contexte, beaucoup de femmes célibataires tombent délibérément enceintes afin de revendre leur progéniture.



Un vrai scandale que les citoyens de l’Ouest répugnent  et condamnent. Une information selon l’édition « l’Expression » parue le 5 Novembre, et qui fait état d’une déplorable et regrettable  information relative à des nouveaux nés vendus comme du vulgaire bétail au prix avoisinant les cent mille dinars de centimes (10 Millions cts) par des mamans sans aucune scrupule. Une affaire traitée par les éléments de la police judiciaire, qui ont été saisis par les maternités de l’hôpital d’Oran, faisant état d’une fausse identité de la mère biologique du bébé qui était en possession d’une carte d’identité de l’acheteuse. Auditionnée par la police, l’acheteuse, étant stérile, car ne pouvant pas procréer,  à déclarer que d’un commun accord les deux femmes se sont entendues sur la vente du bébé contre la somme de 100.000 Da. Encore une affaire scabreuse pour les autorités, une nouvelle forme de la traite humaine qui envahit peu à peu une partie de la société Algérienne. Rappelons qu’en décembre 2006, la 2ème sûreté urbaine d’Oran avait  traité une affaire de commerce de bébé. Il s’agissait  d’une femme répondant aux initiales de S.A., âgée d’à peine 22 ans, qui avait présenté un livret de famille  au service de  la maternité du CHU d’Oran, comme étant  la mère d’un nouveau né, alors que la mère réelle de l’enfant était âgée  plus de 40 ans . Une enquête  fut déclenchée par les services de sécurités, aussitôt, la pseudo-maman et sa mère  qui étaient en sa compagnie furent toutes les deux arrêtées par la police. Surprise, l’enquête avait révélé que cette femme n’enfantait pas et que le bébé lui avait été vendu à 20 millions de cts .Le même scenario s’est répété à Boumerdes, où la petite Latifa, un bébé de six mois, avait été vendue par sa mère pour une modique somme de 20 000 DA. L’affaire avait été traitée suite à une enquête minutieuse, menée par les éléments de la brigade mobile de la Police judiciaire (BMPJ) de Boumerdès. Quant à l’acheteuse du bébé et son frère venus d’Oran, ils ont été arrêtés à Alger .Des motivations incompréhensibles d’une mère qui porte le bébé, est ce  dans le seul souci de le vendre où y’a-t-il autres choses, encore une énigme que les services de sécurité  tentent  d’éclaircir, en éradiquant ce nouveau fléau contre les principes de l’Islam. Signalons aussi que certaines associations déplorent l’abandon de nouveaux nés, un fait tout aussi répugnant et dramatique, qui concerne en priorité des mères célibataires dont le taux ne cesse de s’accroitre ces dernières années, un taux alarmant, un vrai tabou qui préoccupe toute la société Algérienne. En particulier les personnalités du culte musulman

B.Adda
Mercredi 6 Novembre 2013 - 17:31
Lu 411 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+