REFLEXION

Des associations entre business et politique à Mostaganem

14 ASSOCIATIONS DEVANT LA JUSTICE POUR DETOURNEMENT DES AIDES DE L’ETAT

La place des associations a toujours été au centre de débats pas toujours explicites et le rapport entre elles et le citoyen, par exemple, est un sujet sur lequel s’affrontent des conceptions différentes de la répartition des rôles. Les raisons de cette relative absence de débat sont multiples et le conditionnement des mentalités semble à cet égard un facteur central.



Des associations entre  business et politique à Mostaganem
Ces associations sont devenues, une assise pour le marchandage de certains présidents et présidentes, qui se sont accaparés de celles-ci pour  leurs propres intérêts. La reconfiguration du paysage associatif à Mostaganem est  surtout  influencée par les idéologies politiques locales qui ont abouti finalement à une atomisation de la société faite d’égoïsmes juxtaposés, du fait de la déconstruction des affiliations intermédiaires à l’effet même du dérèglement par les excès successifs, pour devenir  des centres d’affaires, avec ceux qui tirent les ficelles devenant ainsi des relais voir des minis partis dans la sphère politique locale.

3400 ASSOCIATIONS A MOSTAGANEM : UN CACHET POUR FAIRE DU BUSINES ET DE LA POLITIQUE  
La wilaya de Mostaganem compte 3400 associations, à savoir sportives, religieuses, culturelles, sociales et nationales qui activent et qui ont bénéficié d’une aide de 50 millions de cts pour des projets associatifs divers, et à ce propos il est utile de se poser la question sur l’utilisation de l’aide financière de l’état du fait que 14 associations sont sous contrôle judiciaire. Parmi celles-ci certaines ont même bénéficié de l’aide de l’union européenne, sans que l’on sache ou sont passés ces aides, car la majorité de ces associations ne jouent pas pleinement leur rôle, mais le filon est rentable car il suffit de créer une association pour se sucrer.  Après création, il est très rare que celle-ci respecte le règlement et la mission qui lui est dévolue, et dans la majorité des cas une fois le bureau constitué tout le monde disparait et c’est le président qui prend les reines et c’est lui qui active avec son trésorier pour devenir les seuls maîtres à bord pour prendre des décisions et faire leurs petites affaires en douce.

LA MAJORITE DES PRESIDENTES D’ASSOCIATION FEMININES ONT BENEFICIE DE LOGEMENTS ET DE LOCAUX !
 Nombreuses sont les associations qui sont impliquées dans des affaires louches, parmi elles des associations féminines, qui ont bénéficié de largesses, de logements et de locaux commerciaux, Ces associations féminines et masculines utilisent les subventions à leur avantage, pour se rapprocher de responsables afin de servir leurs intérêts et non ceux de la communauté. A titre d’exemple, une association féminine, sensée défendre les intérêts de la femme, s’est transformée en entreprise et sa présidente  fait l’objet de poursuites judicaires, pour deux affaires de détournements de deniers public. Cette dernière a bénéficié de deux aides financières de 50 millions de cts chacune en plus des différentes aides  bancaires destinées à la création d’emploi, et autres projets concernant la gente féminine mais aucun de ces projets n’a vu le jour. D’autres présidents et présidentes d’associations ont reçu des aides dans le même cadre,  entre autres pour la création de petites entreprises, au lieu de cela ils ont bénéficié de locaux commerciaux, dans le cadre du programme du président de la république pour résorber le chômage, à la place des jeunes et se sont servis bénéficiant  de 2 locaux commerciaux.

UNE ENQUETE SUR LA GESTION DE CES ASSOCIATIONS EST NECESSAIRE
A ce stade de la situation, il est temps pour les autorités d’ouvrir une enquête pour récupérer  ces locaux qui demeurent  fermés afin de les redistribuer aux jeunes à la recherche d’un emploi ou d’une activité commerciale. Ces personnes à la tête d’associations utilisent des tactiques, des subterfuges, le bla-bla et  l’hypocrisie, pour arriver à leur fin, devenant des comités de soutien pour certains responsables utilisant dans certains cas des jeunes pour appâter responsables et élus. En effet on note à ce propos, plus d’une vingtaine de présidentes féminines, pour préciser qui  ont bénéficié avec la complicité de certains ex- responsables, de logements LSP, et FONAL. Une autre présidente, propriétaire d’un logement a bénéficié d’un autre logement dans une autre commune, quant à une 3ème présidente à bénéficié d’un logement  social avec la complicité de certains élus et a du contracter un mariage blanc. Il faut préciser à ce propos, que la plupart des présidentes d’associations sont aisées et sont propriétaires de logements.

POLITIQUE OU BISNESS : UN MODE D’EMPLOI POUR CERTAINES ASSOCIATIONS
Pour ce qui est des  présidents d’associations masculines, ceux là  jouent dans la cour des grands et ont peut les classer en deux catégories : Dans la première: Ces soit disant présidents d’associations  activent dans le créneau politique servant de relais pour certains partis, et à travers elles ces messieurs s’amusent à dresser  les politiques les uns contre les autres  et décident du choix même des têtes de liste lors des candidatures qui précèdent chaque élection. La deuxième, active dans le commerce et certains présidents sont détenteurs de registres de commerces, et pas n’importe les quels, à savoir : le  bâtiment, les fournitures et autres prestations de services juteuses.  Ces derniers exercent leur influence et vont jusqu’à menacer certains responsables et maires pour négocier des marchés. A souligner qu’on n’est pas entrain d’incriminer toutes les associations, car il y a parmi elles des présidents et des présidentes intègres dont les résultats sur le terrain parlent d’eux même aussi ne les mettons pas tous dans le même panier.

PRESIDENTS D’ASSOCIATIONS OPPORTUNISTES »DEGAGEZ !?     
 Pour revenir à ces présidentes et présidents d’association, qui versent dans l’opportunisme, il y a de cela quelques temps passaient leurs temps dans les couloirs du cabinet des ex walis, pour leurs affaires personnelles, mais avec la nouvelle donne, les réformes et les nouvelles lois sur les associations en plus du changement de l’exécutif qui s’est opéré au niveau de la wilaya de Mostaganem, le citoyen espère plus qu’hier, aussi est-il du  devoirs des actuels responsables de revoir la gestion de ces associations et leur influence et qui pour la plupart sont défaillantes. On dit que « tout ce qui est vert n’est pas de l’herbe » Aussi à quoi bon investir de l’argent pour des associations fictives, qui n’ont jamais été présentes durant les évènements qu’a connu Mostaganem, ou étaient-elles lorsque les jeunes ont barré la route dans plusieurs communes ? Ou étaient-elles quand des émeutiers en janvier ont brulé des pneus et saccager des édifices publics ?  Ou étaient celles de Hadjadj lorsque les manifestants ont incendié la poste et la mairie ?  Alors que normalement ces associations, qui se disent représentatives auraient dû affronter ces jeunes et les convaincre  pour les mettre devant leurs responsabilités et  les sensibiliser pour la préservation biens publics qui servent le citoyen, A qui profite le crime ? Le terrain nous a appris que seuls les services de sécurité « Police et Gendarmerie », le wali avec son chef de cabinet étaient présents pour faire le travail de pompiers à la place de ces associations présumées  « notables » sensées rétablir le calme et la paix. Pour conclure et  en un mot, ont dit à ces courtiers « présidents d’Associations opportunistes »Dégagez.!?     

Benyahia Aek
Dimanche 4 Décembre 2011 - 10:07
Lu 914 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+