REFLEXION

Des associations de "Beni oui-oui" au secours de la ligue du foot de Mostaganem

UNE PETITION "DOUTEUSE" CONTRE LE JOURNAL “REFLEXION”

Lorsque la vérité dérange, pourquoi les responsables de la ligue du foot préfèrent-ils l’illusion qui réconforte ? Et s’ils n’ont rien à cacher pourquoi font-ils appel aux présumés associations de « Béni Oui-Oui » qui se sont engraissées sur le dos du contribuable pour les soutenir !? La vérité si je mens!



Des associations de "Beni oui-oui" au secours de la ligue du foot de Mostaganem
LA VERITE EST BONNE, MAIS BLESSE, LE MENSONGE EST MAUVAIS, MAIS IL ENGRAISSE

Défendre les intérêts du football est devenu une gêne pour certains dirigeants et c’est le cas du président de la ligue de football, qui  démontre toute sa haine envers les journalistes, qui ont eu le courage de dénoncer sa vision défaillante et sa gestion anarchique de la ligue de Mostaganem. Sa dernière sortie…ratée comme toutes les précédentes, c’est son assemblée générale qui s’est tenue au niveau d’une pêcherie selon des témoignages ! Le président a inventé un truc nouveau et qui ne s’est peut être jamais produit dans les annales du football algérien. Le boss de la ligue, a offert des tenues et des survêtements aux formations du championnat  honneur et pré honneur, mais en contre partie, il a été demandé aux clubs de signer une pétition contre notre journal « Réflexion ». Malheureusement, beaucoup on signé contre le seul journal qui chaque jour leur donne l’occasion de s’exprimer et d’exposer leurs problèmes, pas moins de 5 correspondants sont affectés pour les couvertures des différents matchs du championnat honneur et pré honneur. Un comportement honteux et irresponsable de la part de ceux qui se disent présidents d’associations sportives mais qui n’arrivent pas à dissocier entre l’intérêt de toute une jeunesse et bien sûr du mouvement sportif et celui d’un clan, qui a pris en otage la ligue pour des intérêts occultes. Apparemment, les intérêts sont tous autres et l’on devine tous le but et les causes de cette coalition, aux buts inavoués.  Cette assemblée a été couteuse, et la facture a été lourde mais elle ne pourra dissimuler la mascarade. Certains présidents et heureusement pas tous, trouvent leurs comptes dans cette mascarade. Ils appuient  le président dans sa démarche et pourquoi pas tant que les enjeux se chiffrent en millions de dinars.  Le patron de la ligue menace même de poursuivre en justice ceux qui dénoncent et mettent à nu certaines vérités mais restent complices et tolèrent certains dépassements, à l’image des agressions subies par les arbitres lors de certains matchs, en évitant de poursuivre les fauteurs de troubles devant la justice. Pour le président, ces formations jouent pour le plaisir et « tapent » sur les arbitres…pour le plaisir aussi !

SCANDER  POUR UN PRESIDENT A VIE !
Certains présidents de clubs estiment que cela les arrange, que le président reste à vie, ils font ce qu’ils veulent et ne sont que rarement inquiétés ou soumis à la réglementation. Le président n’aime pas heurter ceux qui lui permettent de rester l’eternel  président de cette ligue malgré que rien n’aille plus !  De son coté,  Réflexion, continuera  à dénoncer et à mettre à nu beaucoup de vérité pour l’intérêt du sport et du pays car certaines subventions allouées pour le sport et pour les jeunes, servent à d'autres fins. Nous dévoilerons dans nos prochaines éditions, le  premier scandale d’une association  parmi ces associations qui ont signé cette pétition douteuse pour soutenir leur « employeur »,  celui  d’une fameuse  association, qui a acheté un appartement avec les subventions de l’état. Cet appartement devait servir de siège pour cette association mais finalement, qu’est-il devenu ? Cette  même association a joué gratuitement durant plusieurs saisons.  Voilà certaines vérités qui sont étouffées au détriment de l’intérêt suprême et du développement du football. Qu’on ne se demande plus pourquoi notre football est à la dérive et pourquoi il est rongé par la violence et par d’autres maux, que nous éviterons de les nommer pour ne pas provoquer la colère du président car ; « la vérité qui dérange vaut mieux que mensonge qui arrange. »

Des associations de "Beni oui-oui" au secours de la ligue du foot de Mostaganem
LES ANCIENS ARBITRES S’INDIGNENT !
Les anciens arbitres ont été indignés par cette dernière sortie du président de la ligue, qui a manipulé certains présidents de clubs pour signer une pétition, qui n’a aucun sens et aucune raison d’être. Ce qui dérange certains présidents, qui se reconnaitront facilement, ceux sont les intérêts financiers qu’ils défendent, en appuyant le président de la ligue dans sa démarche alors que son bilan est négatif pour ne pas dire catastrophique, après 12 années de règne sans partage. « C’est indigne de la part du président de la ligue d’agir de la sorte », déclarent certains anciens arbitres car tout ce qui a été dit est vrai, insistent-ils. Ces anciens hommes en noir, lancent même un défi au premier homme de la ligue et voudraient bien organiser un débat à la radio pour déballer certaines vérités. Ils invitent le président pour parler autour d’une table et dire ce qu’il a à dire, car eux ont beaucoup de choses à lui dire en face, et ils n’ont rien à se reprocher. Le président se cache une énième fois derrière les présidents des clubs, au lieu d’assumer ses responsabilités et de partir car il a mis cette ligue en faillite et son bilan est là pour le prouver. Alors que Mostaganem était un modèle en ce qui concerne l’arbitrage, au niveau national, elle est devenue « le dernier de la classe.» Les anciens arbitres veulent aussi une enquête sur la gestion de cette ligue et surtout une enquête de proximité auprès de certains présidents de clubs crédibles, et non pas ceux qui se sont sucés les doigts sur le dos de cette même ligue. Beaucoup veulent dénoncer certains dépassements mais ne trouvent pas une oreille attentive, et craignent aussi des représailles. D’après certains présidents qui veulent garder l’anonymat, il existe certains dépassements flagrants et la règlementation ne s’applique pas de la même façon à tous les clubs. Il existe, disent-ils, des présidents et des entraineurs qui sont là, à longueur de saisons, à insulter les arbitres et les membres de ligues sans être sanctionnés, il faudrait faire un tour dans certains stades, disent-ils, pour constater cette impunité, sans précision. Ils sont souvent étonnés sur la façon dont sont traitées certaines affaires et sur des cas où la réglementation a été bafouée. Les anciens arbitres estiment, en tant qu’association, qu’ils ont un droit de regard sur la gestion de la ligue. Le président qui a refusé d’aider l’association des arbitres pour l’organisation du mémorial des défunts arbitres, qui se tiendra ce week-end, prétextant qu’il avait un déficit financier, a bien organisé une assemblée ordinaire au niveau d’une pêcherie ! Mais en contre partie, chaque président devait signer une pétition contre les anciens arbitres et la presse. De quel droit le président a-t-il agit de cette façon ? C’est l’argent de l’Etat et non de M.Hamdani, s’exclament les anciens arbitres, qui estiment que le président a trahi la mémoire des anciens arbitres, dont la plupart ont donné beaucoup plus que lui à cette ligue, et à l’arbitrage mais qui ont été marginalisés à un certain moment, à l’image de Bounaga qui a été empêché d’accéder à cette ligue, Benchedad, Bendani Hadj, Bendani Djilali… des hommes qui n’ont jamais eu droit à la moindre reconnaissance. Les anciens arbitres sont choqués de voir que certains, qui n’ont rien donné à l’arbitrage, ni à la ligue, ont été honorés et sont devenus des gens influents au sein de cette même ligue alors que leurs desseins sont bien connus. Enfin, beaucoup de ces anciens arbitres tiennent à dénoncer cette manipulation, qui a pour but de tromper l’opinion publique et de brouiller les pistes.  Ils dénoncent surtout la campagne contre le journal Réflexion, qui  n’a fait que son travail et son devoir, en toute franchise et honnêteté. La maladie du pouvoir joue un mauvais tour au président, qui devra partir un jour ou l’autre, et qui devra bien rendre des comptes sur sa gestion. Tôt ou tard tout se saura et nul ne pourra cacher la vérité, qui éclatera au grand jour.  

Riad
Jeudi 23 Février 2012 - 19:57
Lu 552 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+