REFLEXION

Déposer son dossier à l’ANSEJ sous les coups de matraque à Tiaret !?



Le siège de l’ANSEJ à Tiaret connaît un engagement sans précédent. Se lever à 4 h du matin et inscrire son nom dans une liste remise par un agent assurant la permanence à l’administration de l’ANSEJ pour le dépôt de dossier, et Dieu seul sait le nombre de dossiers déposés à l’ANSEJ, et Dieu seul sait, combien de jeunes passent des nuits à la belle étoile et parfois exposés au froid car résidents dans des communes lointaines (distance variant entre 50 km et 120 km), faute d’implantation de sièges dans des daïras !! Pour rappel, l’ANSEJ à Tiaret a été secouée par des scandales et 3 de ses cadres ont été mis sous mandat de dépôt, et le nouveau directeur s’est heurté à une gestion catastrophique, un mobile qui incontestablement génère des dysfonctionnements dans le traitement des dossiers dont le nombre connaît une hausse « mystérieuse » et même le nombre de fournisseurs à Tiaret a fait surprendre plus d’un, et aucune enquête n’a été ouverte dans ce sens, d’ailleurs aucune étude socio-économique avec expertise nationale n’a vu le jour pour une véritable appréciation des besoins économiques de la wilaya de Tiaret qui est une région agro-pastorale depuis la nuit des temps, et une simple réflexion sur les acquis de toutes les civilisations qui se sont succédées sur le territoire de la wilaya de Tiaret confirment cette thèse. Cette donne n’est plus de mise chez les concepteurs du développement économique, et les projets de l’ANSEJ obéissent à d’autres normes. Aucun indice d’enquête dans ce sens n’a vu le jour, mais le plus inquiétant demeure le comportement dont est victime le jeune désirant déposer son dossier. Le nombre des dépositaires et l’anarchie qui règne, a contrant les policiers affectés au siège de l’ANSEJ à opter pour la matraque et gare à celui qui riposte, et la parfaite illustration s’est passée la  semaine dernière, et c’est à l’intérieur du local de l’ANSEJ que des jeunes ont été tabassés à coups de matraque. L’un d’eux interrogé par nos soins nous dira, ironiquement : « l’essentiel, c’est de déposer le dossier, le reste n’est pas important avec le temps j’oublierai les coups de matraque… »Le directeur est-il au courant de ce qui se passe à l’intérieur du siège de l’ANSEJ ?! Ou bien veut-on l’épargner de certains dépassements ? Un peu de lumière …. Svp.

Abdelkader Berrebiha
Dimanche 9 Juin 2013 - 10:48
Lu 308 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+