REFLEXION

Démantèlement d’un réseau de prostitution et d’avortement à Tlemcen : Des médecins et des cadres impliqués

Les éléments de la police judiciaire, relevant de la Sûreté de daïra de Mansourah, wilaya de Tlemcen ont procédé au démantèlement d’un réseau activant dans la prostitution et l’avortement, qui a propagé ses tentacules en milieu universitaire selon des sources concordantes.



Le mal a empesté l’un des campus universitaires pour filles situé à Mansourah par lequel il a été procédé à l’arrestation de trois étudiantes résidentes dans ce même  campus en possession de 100 pilules qui servent aux avortements selon la même source. Les forces de sécurité ont pris acte et connaissance de ce crime, une fois qu’ils se soient infiltrés au cœur même du réseau, une initiative très fructueuse intervenue suite à de fiables informations atterrissant au niveau des services concernés qui s’articulent autour des activités  criminelles du dit réseau entre la wilaya de Tlemcen et celle d’Ain Temouchent. Les investigations mises en branle ont fini par mettre hors d’état de nuire la principale accusée, qui n’est autre qu’une étudiante résidant à Ain Temouchent et deux autres résidant à Maghnia selon la même source. Sur ordre du procureur, un mandat de perquisition du domicile du chef de réseau, (une étudiante), les services de sécurité ont saisi 80 pilules en plus de quelques doses réservées aux avortements interdites à la commercialisation, un traitement qui se trouve uniquement dans les maternités, et les services obstétriques des hôpitaux selon la même source. Suite à ces nouveaux éléments apparus dans les activités du réseau, l’affaire a été remise entre les mains de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya, sachant pertinemment l’implication de cadres importants tels que médecins et responsables de cliniques privées, et d’autres parmi ceux qui sont employés dans des centres hospitaliers publics selon la même source. Ces personnes importantes ont pris l’initiative d’acquérir au péril de leur liberté, des médicaments interdits de vente en dehors des hôpitaux, dans le but de les octroyer aux membres du  réseau pour les écouler à leur tour  au niveau du campus universitaire de filles au prix fort variant entre 15000 et 30000Da selon la même source. Ces pilules représentaient une vraie aubaine pour les étudiantes malhonnêtes et impudiques  qui s’adonnent à la prostitution en vendant leur corps et qui risquent de tomber enceinte,  alors elles recourent à ces traitements très dangereux pour avorter et éviter le déshonneur de la famille. Par ailleurs, et dans le cadre de l’enquête,  les trois filles en état d’arrestation, ont avoué que le réseau en question comprend des dizaines d’étudiantes universitaires qui ont constitué des réseaux de prostitution de haute classe, alors que les investigations suivent leur chemin, et les auditions se poursuivent et touchent plusieurs suspects qui ont un lien avec cette affaire qui a scandalisé le milieu estudiantin à Tlemcen. L’affaire qui se trouve entre les mains de la police judiciaire, n’a pas encore révélé tous ses secrets, et une fois l’enquête achevée, elle sera présentée à la justice.

Touffik
Vendredi 29 Novembre 2013 - 16:07
Lu 2193 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+