REFLEXION

Démantèlement d’un groupe d’escrocs à Oran

PARMI SES MEMBRES UNE EMPLOYEE DES DOMAINES



Les éléments de la police judiciaire, relevant de la sûreté de la wilaya d’Oran, en collaboration avec les services de la 4ème sûreté urbaine, ont mis fin aux agissements d’un groupe de malfaiteurs constitué de 04 personnes, dont une femme, spécialisé dans le trafic des faux documents administratifs et escroquerie, apprend-on de sources officielles. En effet, et selon notre même interlocuteur, l’affaire a éclaté quand une femme, émigrée, a douté du déroulement de l’achat d’un appartement, dont le montant est de 370 millions de cts, ce qui la poussa à déposer une plainte au niveau de la 4ème sûreté urbaine. Les éléments de cette dernière, en étroite collaboration avec les éléments de la PJ ont ouvert une enquête, et entamé leurs investigations. Les recherches ont prouvé que la femme, membre de ce groupe de malfaiteurs, et qui travaillait au niveau des domaines de la commune d’Es Sénia, avait loué un appartement de trois pièces (F3) au niveau du quartier de Saint Eugène. Par la suite, et avec la complicité de deux autres membres de ce réseau, elle procèdera à la falsification de la carte d’identité nationale du vrai propriétaire de l’appartement, et mettra la photo de l’un de ses complices sur ce document vert, avec l’aide de son autre complice, un agent dans l’un des secteurs urbains de l’APC d’Oran, avant d’utiliser son poste dans les domaines pour retirer une copie d’acte de propriété de l’appartement loué. Par la suite, le groupe de malfaiteurs tentera de vendre l’appartement à une femme émigrée, et c’est qui suscitera les doutes chez cette femme émigrée, et c’est qui la poussera à déposer une plainte. Trois des 04 membres de ce groupe ont été appréhendés par les services de l’ordre, et ont été présentés devant le procureur de la république, près le tribunal correctionnel de la cité Djamel, dimanche dernier, qui ordonna de les placer sous mandat de dépôt, alors que les recherches continuent toujours pour essayer d’arrêter le quatrième membre qui n’est autre que la femme, et qui demeure toujours en fuite.

A.Yzidi
Mardi 20 Septembre 2011 - 11:02
Lu 447 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+