REFLEXION

De quoi a-t-on peur ?



Certains responsables ont du mal à supporter certains titres de la presse écrite. Pour eux ce ne sont que des feuilles de choux ni plus ni moins, du n’importe quoi. Mais si tel était le cas, pourquoi avoir mal à la tête à chaque fois qu’il est fait mention de telle ou telle information. La presse écrite ne s’amuse pas à publier n’importe quoi et ne s’avise pas à dire n’importe quoi. Il y a des principes de déontologie et d’éthique que cette même presse, se doit de respecter, mais, cela ne veut pas dire, dissimuler ou couvrir une situation donnée. Réflexion se fait un devoir de dénoncer tout acte de hogra avéré commis par son auteur ou par l’administration et Dieu sait ce qu’ils sont nombreux, notamment à Mostaganem. Comme nous dénonçons les situations de précarité avancées parfois, dont se débattent certaines familles pauvres, qui n’ont aucune ressources pour accéder à un logement décent ou à une nutrition plus ou moins stable, la bureaucratie, la corruption, le favoritisme, le mutisme, le silence, la suffisance et l’arrogance de certains responsables, ainsi que tous les fléaux sociaux. Pour toutes ces considérations, Réflexion se voit en droite ligne avec les orientations du premier magistrat du pays, et son rôle au même titre que tous les autres est de lutter aux côtés des services compétents, contre tous ces phénomènes qui gangrènent aujourd’hui la société.

. .
Mercredi 31 Mars 2010 - 23:01
Lu 517 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-11-2016_1.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+