REFLEXION

De graves révélations sordides d’un ministre égyptien



Le ministre égyptien des Affaires étrangères vient de d’annoncer de graves et sordides révélations. Ce dernier a annoncé que « Le Caire avait envisagé l’envoi de forces spéciales, habillées en civil à Khartoum avant le match Algérie-Egypte du 18 novembre dernier ».
Ce haut responsable aurait déclaré : «Nous avons retenu trois options avant ce match, la première était de faire jouer le match à huit clos, mais le Premier ministre algérien l’a catégoriquement rejetée. La deuxième était d’interdire aux supporters égyptiens de se déplacer à Khartoum, mais cela aurait soulevé la colère du peuple égyptien», commençait par confier Abou Al Ghaït à la télévision égyptienne, samedi dernier, avant de d’ajouter sans la moindre vergogne de la part d’un haut responsable : «La troisième proposition (débattue par le gouvernement, ndlr) était l’envoi de forces spéciales de l’Armée ou de la police, en tenues civiles, pour la protection de nos supporters mais nous redoutions que cela n’envenime nos relations avec les Soudanais.» L’autre crainte du gouvernement égyptien, invoquée par ce haut responsable égyptien qui n’a pas tenu compte des répercussions que cela aurait pu entrainer pour les relations avec l’Algérie, il ajoutera : : «Nous redoutions aussi la réaction de la Fédération internationale de football qui nous aurait infligé de lourdes sanctions allant jusqu’à notre suspension pour dix ans de toute compétition internationale si l’intervention de l’Etat venait à être découverte. » Si donc l’Egypte s’est retenue, à la toute dernière minute, de commettre cet acte de guerre, de crainte de se voir sanctionner par la FIFA, à présent, il est plus sérieusement à s’interroger sur la nature de nos relations avec ce pays soit disant frère d’où l’abaissement d’un chef de la diplomatie dont le comportement est indigne avec la fonction qu’il occupe. Il est à se demander s’il n’est pas encore temps pour l’Algérie de revoir officiellement ses relations avec l’Egypte. Il ne faut plus se voiler la face : ce pays-là, à commencer par son Etat, développe une «algérianophobie» qui, à coup sûr, nous coûtera mort d’homme à la prochaine occasion qui se présentera à eux. Il est désormais établi, en effet, que le légendaire complexe de supériorité et le chauvinisme maladif des Egyptiens est doublé d’une dangereuse irresponsabilité au sommet même de leur Etat. Et cette fois-ci, le gouvernement algérien ne peut rester sans réagir : l’on a affaire pour cause, non pas à un présentateur télé délirant mais à une voix des plus officielles qui soit, le ministre des Affaires étrangères.


. .
Lundi 28 Décembre 2009 - 23:01
Lu 511 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+