REFLEXION

Dahou Ould Kablia retourne au lycée Djamel Eddine à Mascara

C’est au lycée Djamel Eddine El afghani de Mascara que fut célébrée la journée de l’étudiant en présence du ministre de l’intérieur et des collectivités locales , Daho Ould Kablia ,en sa qualité d’ancien élève de ce lycée en compagnie d’autres ex. ministres et cadres de la nation en activité ou en retraite comme l'ex ministre Aichoubi Med et Allab Dahou Docteur en nucléaire.



L’initiative d’une telle rencontre  est l’œuvre de l'association des anciens élèves du lycée de Mascara  « AALYM » qui est à sa deuxième édition dans l’organisation de telles rencontres initiées par le Docteur Boucif Djillali, chirurgien de son état en médecine générale et ex-député de la Nation. Le ministre a animé une conférence ayant trait à la dimension de cet événement historique dans la lutte de libération nationale et la contribution de la masse estudiantine dans ce combat libérateur. L’orateur a d’emblée fait savoir à l’assistance très nombreuse pour la circonstance qu’il a quitté cet établissement en 1954 pour rallier les rangs des moudjahidine et qu’il est de retour dans ce lycée pour la première fois en ce jour du 19 Mai 2O12,  et c’est la raison pour laquelle il dira, tout ému, c’est un moment plein de souvenirs et de recueillement et d'émotions. Il  a  expliqué dans son intervention l’apport des étudiants dans la résistance de la révolution du 1er novembre 1954. Cette  frange de la société qui a  profondément marqué de son empreinte en lettres d’or l’histoire de l’Algérie notamment l’UGEMA  qui a appelé tous les intellectuels des établissements scolaires  et les medersas de déserter les bancs des écoles ,des collèges et des lycées pour se rallier à la cause nationale ,cette cessation  des études ,dit-il, constituait un acte politique mettant en accent la place de la jeunesse intellectuelle étant donné que le rôle mobilisateur de l’UGEMA  était déterminant en ce sens que l’argumentaire des forces coloniales et de l’Armée française qui faisait croire à l’opinion internationale que les combattants algériens étaient  des marginaux ,incultes et sans formation de base scientifique. L’engagement massif qui a mobilisé plus de 4000 étudiants  dont les 2/3 ont rejoint les rangs de l’ALN et  le FLN  a scellé l’unité de la jeunesse dans la lutte contre l’occupant et l’étendue de ce mouvement en été 1956  et d’illustres noms de la famille estudiantine  y figuraient  structurés  aussi bien en milieu urbain que rural ,composé d’hommes et de femmes  soit un exemple en soi du sens de commandement et de la faculté d’insertion et d’adaptation  dans ce sacrifice suprême face à l’ennemi , a développé le ministre dans sa conférence avant d’ajouter que ceux qui sont morts parmi les étudiants méritaient amplement le titre de chahid à l’image de Mekkioui Mamoun ,Docteur Yssad ,qui  ont  été blessés dans ce combat avant d’être achevés par les soldats de l’armée coloniale  . Ils avaient tous moins de 30 ans et beaucoup d’entre eux  y ont laissé leurs vies, ils n’ont pas plié devant la force de la 4eme puissance du monde, devait il indiquer en substance pour arracher l’indépendance chèrement acquise .Le ministre en compagnie de beaucoup de ses camarades de classe de ce lycée a évoqué en marge de cette visite protocolaire, beaucoup de souvenirs et d’anecdotes, à la grande joie des invités à cette cérémonie notamment les représentants de la presse nationale  et l’on appris entre autres que le premier bachelier de la wilaya de Mascara n’est autre que Tahar Mohamed né en 1905. Des professeurs  de renom  et des chercheurs immérités  ont fréquenté ce lycée qui était en 1927 une école primaire supérieure(EPS).Le programme de cette journée  comportait l’inauguration d’une plaque commémorative à la mémoire des élèves martyrs de la révolution, la visite d’une exposition photos de livres  et une série de conférences sur l’histoire du lycée, et le rôle des étudiants algériens pendant  la révolution armée et une autre conférence intitulée « le colonialisme et émergence :recompositions géostratégiques » animée par Mohamed Aichoubi. Beaucoup d’émotion se lisait sur les visages des invités et certains étaient même  en pleurs  tant les retrouvailles entres les anciens élèves de ce lycée étaient plus  que touchantes ; les Allab, Belfarradi, les Djaker, Aichouba,Safir ,Stambouli , des noms qui ont fait honneur à la mémoire des martyrs parmi les étudiants tombés au champ d’honneur.     

B.Boufaden
Lundi 21 Mai 2012 - 11:03
Lu 1815 fois
RÉGION
               Partager Partager


1.Posté par Mascara Mascara le 21/05/2012 19:43
C'est de l'importe quoi...Qu'a fait ce Ould kablia et ses gens que vous avez cité pour Mascara ? Walo

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+