REFLEXION

DOUAR MOUALDIA- SAFSAF : Un douar en souffrance

Les habitants du douar Moualdia, dont la plupart sont des jeunes, sont lassés par leur vie de misère et de routine imprégnée dans un chômage chronique, ces derniers nous ont ouverts leurs portes pour nous raconter le calvaire quotidien dans lequel ils vivent.



DOUAR MOUALDIA- SAFSAF  : Un douar  en souffrance
En effet, le douar de Moualdia est situé dans la commune de Saf Saf, il est composé d’une dizaine de maisons éparpillées à travers l'ensemble de son territoire. Ce douar est, à première vue, un village oublié et abandonné. Les habitants de cette localité dénoncent le manque de transport, d'eau potable et l’absence totale de toutes les commodités nécessaires pour une vie décente.  Ce douar dont les habitants sont pauvres nécessite plus d’attention. La vie dans ce douar n'est guère reluisante surtout en cette période hivernale, un habitant des lieux nous dira : « Pour pouvoir dénicher une bouteille de gaz, on doit faire le parcours du combattant à cause du non raccordement au gaz de ville, et ceux qui n'ont pas les moyens de transport ils recourent à d’autres alternatives comme le bois pour se réchauffer ». Ni eau ni gaz de ville, la totalité de ces maisons n’ont pas de conduites d'évacuation des eaux usées. La liaison entre le douar et la ville de Saf Saf  est presque inexistante. Aucun bus ne desserve cette ligne et pour arriver au chef lieu de la commune il existe deux possibilités ; l’auto-stop et/ou le clandestin. Les témoignages recueillis auprès de plusieurs villageois lors de notre passage sont extrêmement accablants et font état d'une grande désolation à tous les niveaux. « Notre douar compte beaucoup de familles démunies. Nous manquons de tout et la vie quotidienne de chacun de nous est faite de dégoût et de lassitude », dira un jeune du village. Certaines maisons visitées de familles dépourvues attestent une véritable dégradation ; murs effondrés, cadre de vie indécent, pauvreté accablante…etc. Par ailleurs, les jeunes se plaignent du chômage et du manque de moyens de distraction et de loisirs, le seul magasin du village constitue le seul refuge pour des centaines de jeunes et c'est dans ce lieu qu'ils se défoulent et se racontent leur dur quotidien. Ce douar perdu au milieu d'un paysage rude n'a, selon ses habitants, bénéficié d'aucune commodité. Améliorer les conditions de vie fait partie des revendications de ces habitants qui nous ont sollicités de transmettre leurs doléances aux responsables locaux. 

Bouziane Kamel
Mardi 29 Janvier 2013 - 00:00
Lu 374 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+