REFLEXION

DOTATION EN IMPRIMES S.12 A CHLEF : La situation demeure identique

Il a fallut du temps pour que l'assemblée populaire communale de Chlef(APC) fait un bond pour obtenir l'imprimé spécial appelé S12. Si la procédure envisagée s'est avérée payante au vue de ces nombreux abonnés (citoyens) communaux, il n'en est pas pour autant lorsque l'on sait que la mauvaise organisation au sein du service chargé de la délivrance de ce fameux document laisse beaucoup à désirer



DOTATION EN IMPRIMES S.12 A CHLEF : La situation demeure identique
Devant les nombreuses plaintes tant verbales qu'écrites et dont notre journal détient des copies, notre représentant à Chlef s'est déplacé au sein même du service pour constater de visu la manière d'accueil et de service des agents pointés devant leur ordinateur ou fixés derrière le comptoir sans reconnaître la responsabilité de leur faute commise. Des agents errants dans les couloirs sans un chef direct pour les diriger. Pour se plainte, le citoyen devra faire plus de 600 mètres pour atteindre le siège principal où réside le maire et ses adjoints. Même avec cet apport d'imprimés, le langage ne changera des employés est toujours le même :"revenez dans un mois", "le document n'est pas encore établi", "les imprimés sont dans le bureau du SG" etc... Cette image, notre collègue de Chlef, l'a suivi et a même été témoin de la déclaration d'une employée qui lui disait au sujet d'un dossier déposé le 28 décembre 2010, récépissé à l'appui. (Veuillez introduire une nouvelle demande, le premier a été égaré). Autant de problèmes et on peut même avancer que le fonctionnement d'un service aussi important doit être entre de bonnes mains. L'image de marque de la commune est ce précieux service de la réglementation générale qui comprend outre l'état civil, celui du social et tant d'autres qui ont un rapport permanent avec le public, et qui se trouve actuellement bafoué. L'homme qu'il faut à la place qu'il faut n'est guère appliquée dans la majorité des APC, car dans certaines, le chef de service des marchés n'a que le grade d'un agent polyvalent. L'empiètement de l'organigramme n'est pas considéré et ignoré à l'extrême que ce soit à Chlef, Chettia, Sobha, Ouled Farès et d'autres. Certaines APC et pour sanctionner leurs agents, ils les affectent aux guichets de l'état civil. Une procédure largement dénoncée mais sans objectif concret de la tutelle, procédure qui s'ajoute au personnel du filet social et de l'emploi des jeunes à l'origine des fausses notes de transcription et qui amène les nombreux citoyens à saisir la juridiction pour opérer à la rectification. Tout ce monde éclair par sa présence devant les maires, les adjoints, les administrateurs sans que ces derniers ne rectifient le tir. Si le S.12 ou le 12.S comme l'appellent certains fait défaut, il en est de même pour les autres imprimés à l'image de l'extrait de naissance n°12 et de la fiche familiale.Des documents qui peuvent largement être disponible dans la mesure où les secrétaires généraux prennent cet acte au sérieux. Une situation qui touche l'ensemble des communes avec cette absence prolongée des inspecteurs qui ont l'habitude de fouiller les APC et d'initier les employés sur certaines méthodes à utiliser. Actuellement, les communaux disposent du champ livre d'utilisation des véhicules à d'autres fins, la consommation du carburant laisse beaucoup à désirer, la ponctualité est un autre domaine que l'élu ignore complètement.

M.Mokhtari
Vendredi 13 Mai 2011 - 11:10
Lu 479 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 26-02-2017.pdf
3.99 Mo - 25/02/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+