REFLEXION

DOSSIER PETROLE/GAZ DE SCHISTES : Opportunités et risques pour l’Algérie, selon DR Mebtoul

Recommandations stratégiques concernant le dossier pétrole/gaz de schistes « opportunités et risques pour l’Algérie » remis au gouvernement, le 25 février 2015 (8 volume 620 pages).Rapport réalisé sous la direction du professeur Abderrahmane MEBTOUL-expert indépendant.



1.-Les  experts, privilégiant  les intérêts supérieurs   de l’Algérie, au vu des derniers événements au sein d’une région qui connait  un important bouleversement  géostratégique à nos frontières, souhaitent   un débat apaisé  loin de la pollution médiatique où tout le monde par  enchantement    devient expert en énergie.  Pour notre part, pour avoir un apport objectif et équilibré, nous avons recueilli  les avis scientifiques les plus divers  tant  des experts  étrangers que nationaux, étant parti du principe  que pour le gouvernement nous sommes en phase  d’exploration  et non d’exploitation. Pour les experts   la stratégie  énergétique future   de l’Algérie devrait s’orienter  vers un MIX énergétique, tout en privilégiant  l’efficacité énergétique ( les économies d’énergie sont  la plus grande  ressource) , devant prévoir d’ores et déjà une  formation  pointue quelque soit la forme d’énergie,   ne devant privilégier aucune énergie au dépens d’autres, impliquant, un large débat sur le futur modèle  de consommation énergétique, cœur de  la  sécurité nationale devient urgent.
  2.-Sans trahir le contenu   du dossier (620 pages 8 volumes) remis au premier ministre Abdelmalek  SELLAL  le 25 février 2015,   dossier élaboré  sous la direction  du professeur Abderrahmane MEBTOUL auquel ont participé experts algériens et étrangers, expert international ,  ancien directeur  d’études au ministère énergie Sonatrach ( 1974/1979-1991/1995-2000/2006), membre de plusieurs organisations internationales ayant dirigé le premier audit sur Sonatrach  entre 1974/1976, les experts ont tenu à souligner, outre l’importance du dialogue permanente, cœur d’une bonne  gouvernance, ne pouvant imposer par la force aux populations  une décision, si bonne soit-elle,  personne n’ayant le monopole nationalisme   et de la vérité, notamment  deux propositions  clefs qui engagent l’avenir   de ce dossier sensible, appartenant aux autorités compétentes d’en tirer  les actions à venir concernant ,  les propositions techniques opérationnelles contenues dans le dossier.
  3.- Sonatrach, société commerciale, chargé  de la gestion,  étant l’Algérie  et l’Algérie  Sonatrach , 98%  des exportations  avec les dérivées, sa vocation n’étant pas de créer des  emplois du fait  de l’investissement  fortement capitalistique, ( car que représentent 10.000 emplois  pour une population active  de 12 millions  en 2014  et une demande additionnelle annuelle    entre 250.000/3000.000),  ne plus laisser aux dirigeants de Sonatrach la communication de ce dossier sensible, devant protéger ses cadres  des aléas politiques. Seul  le premier Ministre   et  le Ministre de l’Energie,   doivent   s’exprimer, les autres départements devant  s’abstenir  afin d’éviter les interférences.  Une communication cohérente en direction  de la société  est fondamentale avec un langage simple accessible.
 4.- Les firmes quelque soit leur nationalité sont mues, et c’est leur vocation, par la maximisation du profit. Il appartient à l’Etat régulateur,  stratégique dans tout  pays,   de concilier les  coûts sociaux et les coûts privés.  A ce titre pour éviter les débats stériles, les experts ont proposé la  création d’une institution  indépendante, sous l’autorité soit du président de la république ou du premier ministre (évitant qu’un département ministériel soit juge et partie), chargée de suivre  le dossier, présidé par une personnalité indépendante.  Cette institution  devra  faire des propositions concrètes, en veillant  notamment   à la protection  de l’environnement ,  de l’eau ( ressource essentielle au Sud du pays) , étudier la  rentabilité économique tenant compte   des nouvelles mutations énergétiques mondiales,   les nouvelles techniques, alternatives à  la fracturation  hydraulique classique en voie d’expérimentation économisant l’eau et les produits chimiques,  qui seraient mises au point  et rentables économiquement horizon 2020/2025  et ce en application de la loi sur les hydrocarbures  votée par le parlement en février 2013.
  5.- La commission serait composée des experts ayant plusieurs années d’expérience  sur le terrain  dans ce domaine  tissant des relations étroites avec les organismes internationaux spécialisés: - des  experts indépendants  représentants de la société civile de la région où  serait opérée éventuellement l’expérimentation, (pour la crédibilité entre experts indépendants et société civile le quota au sein de la commission doit être de 30% minimum ), -des experts   de l’opposition qu’il s‘agit également d’écouter sur la base d’arguments scientifiques et non idéologiques, -des experts du Ministère de l’Energie, - des experts du Ministère  des ressources en eau, -des experts du   ministère  de la santé, - des experts du ministère de l’environnement,
 - la formation étant la clef   de la maîtrise technologique et managériale future, des experts  du ministère de l’enseignement supérieur.
En résumé,  le dialogue permanent est le  fondement de la bonne  gouvernance. Un  rapport neutre que nous avons réalisé gratuitement sans aucunes pressions,  qui privilégie uniquement les intérêts supérieurs de l’Algérie confrontée tant  dans sa transition économique que sa transition énergétique.
 

Réflexion
Jeudi 5 Mars 2015 - 12:33
Lu 541 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+