REFLEXION

DOSSIER DU VACCIN CONTRE LA GRIPPE PORCINE : Graves révélations sur la qualité du vaccin

« Il n’y a pas et il n’y aura jamais de fumée sans feu », tel pourrait être le titre de ce fracassant rapport établi par la direction de l’institut pasteur, sur la qualité médiocre du vaccin importe, qui vient d’être rendu public et dont la presse nationale vient de publier quelques échos, juste après les déclarations tonitruantes du directeur général, le professeur Abadi.



DOSSIER DU VACCIN CONTRE LA GRIPPE PORCINE : Graves révélations sur la qualité du vaccin
Le professeur n’a pas pris de pincettes pour confirmer son limogeage décidé par la maffia du médicament et du matériel médical, et non pour la mauvaise gestion de l’institut, comme voulait le faire croire le ministère de la santé… ! Le vaccin contre la grippe porcine, l’AREPANRIX, dont le ministère de la santé, de la population et la réforme hospitalière, en a commandé 20 millions d’unités au laboratoire GSK anglais qui les livre conformément à un calendrier convenu entre lui et le commanditaire, par tranches de lots, vient d’être déclaré non conforme, suite au rapport établi par la direction de l’institut «  pasteur » pour tant de constatations anormales sur ces deux volets (administratifs et technique). Sur le plan administratif ce vaccin manquait totalement de dossier administratif, qui conformément aux normes commerciales internationales de la vente de tout produit, devait comporter des notices jointes au vaccin, sur sa date de fabrication, ses modalités d’administration et d’application, sa composition, mais il était muni uniquement de quelques documents dits protocoles de contrôle, non signés par l’un des partenaires du laboratoire fournisseur, et de quelques autres notices sur la grippe aviaire, et toute cette littérature était rédigée en langue anglaise, et a obligé le personnel de l’institut «  pasteur » a recourir à l’aide française pour procéder aux examens de comparaison du produit selon les normes de la pharmacopée européenne. Sur le plan technique, il a était analysé durant toute une semaine, qui s’est étalée du 10/12/2009 au 16/12/2009, par le laboratoire de l’institut «  pasteur », qui demeure l’institut de référence pour le pays, l’unique à travers toute l’Afrique et l’incontournable laboratoire pour la fiabilité des résultats de ses analyses qui ne se commentent plus. Ainsi, deux lots de souris blanches ont été soumis aux épreuves du contrôle du degré de toxicité du vaccin à différentes doses, et juste après l’inoculation du produit aux rongeurs, l’équipe chargée de cette délicate opération, a constaté le décès brutal des 05 souris composant le premier lot, et l’atteinte de l’autre lot par des infections multiples. Ce vaccin contient une matière toxique, dénommée ; la sochoaline, qui est nocive pour la santé et nuit énormément à l’organisme, et qui a été l’origine de la mortalité et la multiplication des maladies des cobayes soumis aux essais de l’efficacité toxique de ce vaccin. Ces graves anomalies n’ont pas été digérées par le laboratoire GSK, qui n’a pas cessé de réclamer le certificat de conformité de son douteux produit à ces «  acheteurs » qui n’ont pas également supporté les lenteurs de cet institut qui s’ingére au sein d’une transaction commerciale qui ne le regarde ni de près, ni de loin, mais, dont les pressions ont bien mis fin aux fonctions de son directeur. Une question se pose, la santé de l’algérien a-t-elle si eu d’importance pour qu’elle fasse l’objet d’une importation d’un vaccin qui au lieu de protéger, détruit l’organisme… ?

L. Ammar
Vendredi 22 Janvier 2010 - 23:01
Lu 918 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+