REFLEXION

DIRECTION DU COMMERCE DE LA WILAYA D’ORAN: Des contrôles quotidiens sont effectués



Le dispositif réglementaire a été développé par M. Nasreddine Haouaia, chef de service qualité à la direction du commerce de la wilaya d’Oran, évoquant à ce titre la loi 09/03 du 25 février 2009, relative à la protection du consommateur et à la répression des fraudes. L’association de protection et de conseil du consommateur (APCCO), la direction des services agricoles (DSA) et l’union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) ont également pris part à cette rencontre tenue à la Chambre de commerce et d’industrie de l’oranie (CCIO). Il a rappelé dans ce sens que près de 1.000 interventions de contrôle de la qualité ont été effectuées en 2010, donnant lieu à 138 procès-verbaux de poursuites judiciaires, à 3 propositions de fermeture et à la saisie d’environ 5 quintaux de viande. La réglementation régissant le contrôle de la qualité des viandes et dérivés a été au centre d’une journée de sensibilisation organisée à Oran en présence des professionnels du secteur et des organismes de prévention. Cette rencontre, qui a été présidée par le directeur régional du commerce, a notamment permis à l’assistance de s’enquérir de l’importance de la législation visant la maîtrise de la sécurité alimentaire des consommateurs. Il a mis l’accent sur la loi qui garantit la conformité des produits alimentaires au niveau des points de production ou d’importation jusqu’à la mise à la consommation en passant par le circuit de distribution. La loi, a-t-il poursuivi, prévoit aussi l’obligation de propreté vestimentaire du personnel chargé de la manipulation des produits et l’interdiction de la préparation à l’avance de la viande hachée, «car plus sensible du fait de sa surface de contact avec l’air supérieure à celle de la viande fraîche». L’exposition à la vente de la viande hachée préparée à l’avance figure parmi les trois principales infractions relevées par les équipes de contrôle, a signalé M. Haouaia, ajoutant que les deux autres sont «l’abattage clandestin» et «la vente de poulets non éviscérés». L’intervenant a insisté à cet égard sur «l’obligation d’hygiène, de salubrité et d’innocuité des denrées alimentaires pour tout intervenant dans le processus, qui doit également veiller aux conditions de transport et d’exposition ainsi qu’à la conformité des matériaux et équipements en contact avec les aliments».

M.B
Dimanche 10 Avril 2011 - 11:57
Lu 1515 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+