REFLEXION

DIRECTION DES TRANSPORTS : 450 licences de taxis attribuées à Oran

Le premier congrès régional des transporteurs de l’Ouest, qui s’est tenu à l’Hôtel Président, organisé par le Bureau de wilaya de l’Union nationale des transporteurs (UNAT), a permis aux nombreux participants, venus des 18 wilayas de l’Ouest, de débattre et de soumettre leurs revendications aux responsables locaux, à l’instar du président de l’Assemblée populaire de wilaya, du directeur des Transports et le vice-président de l’APC d’Oran, présents sur les lieux.



Des revendications au nombre de vingt et dont les solutions relèvent pour certaines des pouvoirs centraux et d’autres du pouvoir exécutif local. Ce sont ces  dernières qui ont ainsi été traitées et solutionnées par le directeur des Transports. Ce responsable a annoncé, de ce fait, la suppression des intérêts bancaires au profit des transporteurs ayant contracté des prêts pour l’acquisition de moyens de transport et le rééchelonnement à 10 ans du remboursement de ces prêts. Il a également été décidé la création de stations pour les véhicules servant au transport des marchandises au niveau de toutes les communes de la wilaya, à l’exception de celle d’Oran. Des stations qui, selon M. Noureddine, chef de Bureau de l’Union nationale des transporteurs algériens (UNAT), seront sécurisées et à même de recevoir les clients dans les meilleures conditions d’accueil. Par ailleurs, le responsable des Transports a fait part à l’assistance de l’attribution de 450 licences de taxis aux ayants droit. Il s’agit là, a-t-il souligné, de la première tranche sur les 2.000 accordées par la wilaya. La tarification des prix du transport urbain, notamment celle appliquée par l’Entreprise publique des transports d’Oran (ETO), a fait partie des débats. Sur ce chapitre, le directeur des Transports a affirmé que cette entreprise, qui dispose de 50 voitures, dont 40 sont opérationnelles, bénéficie d’une subvention estimée à cinq milliards de centimes annuellement.Le problème du transport dans son ensemble a également été soumis à discussion. Ainsi, M. Ould Amri, membre du Bureau national de l’UNAT, estime que les plans de transport sont inexistants en Algérie, car depuis 2004, poursuit-il, le Conseil national ne s’est pas réuni, d’où l’anarchie qui y règne actuellement. Abondant dans le même sens, M. Abdelkader, le vétéran des transporteurs et chef de Bureau de l’Union nationale des transporteurs, considère pour sa part que la concession aux transporteurs pour les grandes lignes et l’Etat pour l’urbain demeurent les solutions idoines pour le règlement définitif de ce  problème. 

Medjadji H
Lundi 3 Juin 2013 - 08:52
Lu 1385 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+