REFLEXION

DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES : Une campagne de vaccination des chiens et chats

Nous avons appris de source proche de la Direction des Services Agricoles de la wilaya d’Oran, que cette dernière vient de lancer une campagne de vaccination des animaux contre la rage au niveau de la fourrière communale d’El Hamri.



Sur ce registre, il faut noter que les citoyens sont appelés à ramener leurs animaux au niveau de cette structure, pour les vacciner dans le cadre d’une approche de prévention de la santé publique, afin d’éviter  que des citoyens n’en soient victimes. L'inspection lance ainsi un appel aux propriétaires d'animaux domestiques pour se rapprocher de la fourrière d'El-Hamri pour vacciner leurs animaux contre la rage. La vaccination se fait gratuitement et touchera toutes les communes de la wilaya d'Oran. Les services de l'inspection vétérinaire insistent sur la nécessité de faire vacciner les animaux domestiques, en parallèle aux campagnes d'abattage de chiens errants, car, a-t-on expliqué, les statistiques révèlent que les animaux de compagnie sont les premiers facteurs de propagation de ce mal pouvant être mortel. La rage est un réel problème de santé publique, avec de grandes conséquences socioéconomiques. Le seul moyen de lutte efficacement contre la rage demeure la vaccination antirabique régulière des animaux domestiques. Selon un vétérinaire, cette maladie virale, très contagieuse, est souvent mortelle ou source de séquelles neurologiques graves. Une épidémie survient environ tous les 8-10 ans: c'est peu fréquent, mais comme tous les chiens sortent et croisent des congénères, ils vont forcément être exposés au virus une ou deux fois dans leur vie. De quoi justifier un rappel annuel, vu la gravité de la maladie. Dans la capitale de l'Ouest, le problème des morsures provoquées par les animaux errants et à leur tête les chiens fait toujours l'actualité. La direction de la santé et de la population de la wilaya d'Oran a recensé, chaque année, entre 3.500 et 4.000 cas de morsures dont 75% sont provoquées par des animaux errants. Une enveloppe budgétaire de près de 500 millions de centimes est débloquée annuellement par la DSP dans le cadre du programme de la lutte antirabique. Un budget qui pourrait être injecté dans d'autres projets de développement du secteur et l'amélioration de prestation au niveau des structures de santé, si le problème des animaux errants a été sérieusement pris en charge par les différents services concernés et à leur tête les services communaux. Il y a aussi lieu de signaler qu'un nouveau phénomène a fait son apparition ces derniers temps à Oran. Un phénomène qui n'est pas sans risque pour les Oranais. Il s'agit des jeunes accompagnés de leurs chiens, flânant dans les rues. Ces chiens ne sont pas des moins dangereux, puisqu'il s'agit de pitbulls, de vraies bêtes féroces. Ces pratiques sont devenues dangereuses, puisqu'il y a des personnes qui utilisent ces animaux pour agresser les passants. Il n'est pas rare de croiser des jeunes gens tenant en laisse un pitbull, tout fiers de voir leur chien montrer les crocs et faire peur aux passants. Si porter une arme blanche relève du pénal, circuler avec un chien est tout à fait légal, malheureusement. Donc, beaucoup de dealers transforment ces chiens en arme qu'ils utilisent pour commettre leurs forfaits. En effet, la possession de pitbulls est devenue chose répandue à Oran. A noter que le pitbull est interdit en Algérie, mais cela n'a pas empêché les vendeurs de le proposer. Certains contrebandiers arrivent à les faire entrer sans aucun problème, surtout si le chien est très jeune, puisque à cet âge, on ne peut le distinguer d'un boxer. Il y a des gens qui sont intéressés par un chien de garde, d'autres par un chien de compagnie, d'autres encore par un chien agressif.

Medjadji. H
Lundi 28 Octobre 2013 - 22:00
Lu 78 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+