REFLEXION

DIRECTION DE LA PECHE ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES D’ORAN : 720 pêcheurs plaisanciers pour une pêche maritime de loisirs éco-responsable



DIRECTION DE LA PECHE ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES D’ORAN : 720 pêcheurs plaisanciers pour une pêche maritime de loisirs éco-responsable
La direction de la Pêche et des ressources halieutiques a autorisé 720 pêcheurs plaisanciers oranais,à pécher en leur remettant en bonne et due forme, un permis de pêche. Ce document, dont les prérogatives sont définies, contient des engagements sur la ligne de conduite et le comportement en mer. Celui-ci, a aussi pour objectifs: le développement d’une pêche maritime de loisir éco responsable. Il y a des principes d’évolution de la règlementation relative à la protection de la ressource (les espèces protégées, le repos biologique, la taille des prises, les pratiques de pêche), à ne pas négliger. Autant, nos bandes côtières et bassins marins constituent un site idéal pour la pêche de plaisance, cependant, comme sur les autres parties du littoral, la diminution des ressources halieutiques se font ressentir. Mais ce ne sont pas les plaisanciers qui en sont responsables, avouent les parties concernées. La nécessité de l’instauration du permis de pêche, doit inciter les plaisanciers, eux aussi au même titre que les professionnels, à gérer leurs captures, à respecter les règlementations (taille minimale), pour la préservation des ressources et pour la meilleure cohabitation avec les marins pêcheurs. Parmi ces 720 plaisanciers, 204 permis ont été délivrés à de jeunes plongeurs pour pratiquer la pêche en plongée sous-marine. Mis à part la pêche sous-marine, les autres plaisanciers pratiquent, beaucoup d’autres modes de pêche. Notamment, la pêche au filet trémaillé ou droit pour la daurade, entre autres, la pêche à la palangre (le maquereau, le congre et la raie), la pêche au lancer et il y en a encore qui pratiquent la pêche à la traîne. La plupart des zones de pêche, sont accessibles à une distance qui ne dépasse pas 4 miles du port. Il est possible, cependant lorsqu’on dispose d’une embarcation adéquate, de se rendre sur des zones plus lointaines, telles que les îles Habibas ou l’île Plane, Leila et notamment certains promontoires comme le cap Rousseau à l’Ouest du littoral et la pointe a «Souttir» au large d’Arzew. «Il faut que les plaisanciers aient un bon état d’esprit, en prenant conscience des enjeux nautiques, en adoptant, également des pratiques responsables», a préconisé le directeur de la Pêche et des ressources halieutiques. En ajoutant que «des opérations de contrôle des plaisanciers seront effectuées à quai et en mer. Avec pour but de sanctionner les manquements aux normes de sécurité qui seront prises dans l’intérêt des pêcheurs plaisanciers. Mais aussi de sensibiliser, ces derniers à la protection de l’environnement et de la faune marine». En effet, la bande du littoral oranais dispose d’un bassin constitué d’un inventaire exhaustif en espèces marines, où l’on y trouve une faune et une flore très riches, qu’il faut contre, brise et marée, préserver.

A.Yzidi
Vendredi 12 Août 2011 - 10:29
Lu 795 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+