REFLEXION

DEVANT L'ETERNEL PROBLEME DU RESEAU D’ASSAINISSEMENT : Tissemsilt est-elle prête à affronter l’hiver ?

On avait longtemps évoqué le problème des avaloirs bouchés et de la présence des étangs d’eau presqu’aux quatre coins de la ville de Tissemsilt à la moindre tombée des averses, mais au-delà de l’alerte donnée et de cette dénonciation, l’inconscience et la déliquescence ont toujours trouvé des formes chez certains de nos responsables inconscients qui ne se soucient nullement des conséquences et pour preuve, malgré les résultats indicateurs de ces dernières averses qui ont fait par endroits des dégâts et même des victimes.



Les choses n’ont vraiment pas trop évolué pour faire face aux caprices de l’hiver, des services toujours en hibernation, des avaloirs non curés et des routes obstruées semblent être le prix à payer par les Tissemsiltis,  la situation est toujours la même au point de faire honte. A première vue donc, il ne faudra pas s’attendre du moins dans l’immédiat à un changement notable pour la population locale qui souffrira encore cet hiver faute d’aménagements urbains annoncés à grande pompe dans les différentes cités et autres quartiers, mais qui peinent à se réaliser. Cela étant dit, ces problèmes d’avaloirs non encore curés, de la boue et d’évacuation des eaux pluviales, bien qu’ils peuvent être à l’origine de ces stagnations et ces mares d’eau auxquelles il faut s’attendre, restent, tout de même, insignifiants, pour ainsi dire, par rapport au calvaire auquel doivent faire face certaines quartiers menacés par les inondations, certaines cités à l’image d’Ain-El-Bordj, le centre-ville, Hai Enedjma et autres, Nadir Abderahmane et le lotissement qui se trouve à côté pour ne citer que ces endroits, subiront certainement et encore une fois, les affres de l’hiver et de la pluie faute de regards obstrués, jet de gravas, assainissement inadéquat aux relevés topographiques de la ville. Ces avaloirs bouchés et les regards d’égout qui ont été bouchés et remplis durant tout cet été par tout genre de détritus et autres gravats n’avaient encore pas fait l’objet d’une opération de nettoyage malgré la présence d’une société étatique spécialisée dans le domaine du curage, c’est quand même le moment opportun. Quoi qu’il en soit, la population locale ne peut que prendre son mal en patience en espérant que la pluie qui constituera l’alternative pour elle sera clémente cet hiver et n’apportera pas ces souvenirs de furies qui ravagent tout sur son chemin et malheureusement la situation dure encore, certains de nos responsables n’interviennent qu’après dégâts avantageant à chaque fois les solutions palliatives qui ne font qu’augmenter la facture des charges sans pour cela éviter à la ville les grands risques qu’elle va endurer en hiver. L’avertissement ou l’alerte est donc donné aux responsables avant qu’il ne soit trop tard et vu la gravité des conséquences qui pourraient en découler, la situation les interpelle en urgence afin de dégager les fonds nécessaires et mobiliser les personnes pour éventuellement des travaux concernant la multiplication des regards d’égouts avec des dimensions appropriées, la réfection des routes qui présentent des affaissements et des dégradations et enfin procéder régulièrement aux opérations de curage et de nettoyage des avaloirs.

A. Ould El Hadri
Dimanche 23 Août 2015 - 18:22
Lu 216 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+