REFLEXION

DETOURNEMENT DE 58 HECTARES A L'HIPPODROME D'ES-SENIA : Qui est responsable ?

Les eleveurs interpellent le President de la Republique

Les espaces de l'hippodrome d'Oran relevant de la commune d'Es Sénia n'ont pas échappé aux convoitises de certaines personnes, selon les éleveurs de chevaux basés au niveau de cette infrastructure, qui nous ont informés ainsi que l'APC d'Oran, en tant que propriétaire, sur la situation qui prévaut à l'hippodrome Antar Ibn Chedad d'Es-Sénia



DETOURNEMENT DE 58 HECTARES A L'HIPPODROME D'ES-SENIA : Qui est responsable ?
Dans ce contexte, les éleveurs équins spécialisés dans la pure race ont, également,  adressé une lettre au président de la République pour lui demander d'user de tout son poids pour contraindre les services concernés à prendre les mesures qui s'imposent pour préserver cet espace, d'une superficie de 58 ha. Afin de mieux faire entendre leur voix, les éleveurs ont constitué leur propre association et un des membres précise que la situation se dégrade de jour en jour et notamment après l'expulsion de la société des courses, sous tutelle du ministère de l'Agriculture, pour n'avoir pas honoré ses engagements locatifs. Néanmoins, si cette mesure, estiment les membres de l'association, demeure légitime, l'implication de l'APC d'Oran pour gérer l'établissement devient inéluctable. Considérant à juste titre que cet hippodrome en plus d'être un patrimoine, représente le symbole du cheval qui est une icône de l'histoire nationale. Actuellement, l'établissement est livré à lui-même et les anciens bureaux de la société des courses ont été transformés en logements et, pire encore, la piste et les aires réservées aux éleveurs font l'objet de convoitises et l'inquiétude de ces derniers réside dans le fait que si rien n'est fait dans l'urgence, un empiètement sur les aires d'élevage et de course n'est pas à exclure d'autant que de par sa proximité à une zone urbaine prochainement desservie par le tramway, la parcelle de terrain a son pesant d'or. Par ailleurs, les éleveurs dénoncent la sourde oreille des responsables de l'hôtel de ville à leurs doléances justifiées seulement par la préservation de cet espace de pratique des sports équestres et des courses. Cet abandon total survient à un moment où les éleveurs demandent l'extension des espaces destinés à l'élevage et notamment aux juments en gestation et aux poulains, des espaces indispensables à la bonne santé des chevaux. Depuis le départ de la société des courses, le personnel affecté à l'entretien de la piste et des autres parties de l'établissement exercent leur mission dans des conditions difficiles et ce, en raison de l'absence des services communaux et si le programme des courses est respecté, cela n'est dû qu'à la volonté de ce personnel qui n'a de local qu'une vieille baraque alors que les bureaux ont été occupés. Ce personnel avait interpellé le wali d'Oran sur la situation de cet hippodrome qui de par l'absence de gardiennage est devenu un lieu mal fréquenté alors que la piste sert souvent de terrain de football ou d'autres pratiques sportives. L'autre manquement signalé est l'absence d'eau potable et qui a eu des effets néfastes sur la santé du cheptel équin avec l'enregistrement de la perte de 6 chevaux de valeur.
 

Medjadji H
Mardi 20 Novembre 2012 - 00:00
Lu 522 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+