REFLEXION

DES QUARTIERS ECLAIRES H24 ET D’AUTRES DANS LE NOIR A TISSEMSILT : L’éclairage public suscite des interrogations



Même en étant restés longtemps dans le noir faute d’éclairage public, les habitants de certaines rues et cités de la ville de Tissemsilt notamment la double voie menant des plateaux aux (500) logements, celle menant à Ain-Elbordj, Hai Halil et Bentammar et malheureusement beaucoup d’autres de la partie haute de la ville de Sidi M’hamed Bentamra ne désespéraient pas de voir un jour leurs quartiers et leurs routes éclairés même si ce mois du Ramadhan est à sa fin, se disant que c’est un problème de temps. Maintenant que les responsables locaux, ont lancé plusieurs opérations de changement de lampes au point, ou certains réverbères sont allumés de jour comme de nuit, les interrogations ont vite fait de se poser. En effet, parallèlement avec ces journées Ramadanesques, les services de l’A P C de Tissemsilt ont procédé au changement de certaines lampes défectueuses, au niveau des grandes rues connues par le flux des citoyens en nocturne, au moment où il existe en parallèle des quartiers entiers et des rues qui sont dépourvus d’éclairage public, au point où la traversée pédestre est devenue un risque qui n’a jamais était une sinécure. Les agressions se multiplient quotidiennement et même certains chauffeurs de taxi refusent d’emprunter ces routes de peur d’être agressé ou d’être exposé aux jets de pierres, ces citoyens s’interrogent sur le silence des responsables et sur les dessous de cette manière de faire, qu’ils n’arrivent pas à en comprendre le but. Ils précisent, qu’ils n’ont jamais cessé de revendiquer ces commodités, mais aucun responsable n’a daigné répondre et si, ajoutent nos interlocuteurs, la pensée des responsables allait dans le sens d’aider les concitoyens et d’éclairer ces quartiers, ils auraient du voir que les rues et quartiers précités, ont toujours été laissés à l’abandon et eux même n’osent pas s’y aventurer ou y pénétrer. Enfin, et en attendant que les consciences se réveillent précisément en ce mois de Ramadhan, c’est l’argent des contribuables qui se gaspille au grand plaisir de ceux qui en tirent profit.

A.OULD EL HADRI
Mercredi 24 Août 2011 - 10:10
Lu 142 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+