REFLEXION

DES PATRONNES A LA TETE DES RESEAUX DE DEBAUCHE A MOSTAGANEM : Plus de 300 femmes arrêtées en 2009



DES PATRONNES A LA TETE DES RESEAUX DE DEBAUCHE A MOSTAGANEM : Plus de 300 femmes arrêtées en 2009
A Mostaganem, les « animatrices » du plus vieux métier du monde n’hésitent point à s’afficher le long de la voie express, et sous le pont à l’abri du soleil et à l’attente des clients…. La prostitution gagne du terrain, grâce à la complicité de certains, qui la protègent pour le partage des bénéfices qu’elle engendre, et le silence des autres, qui sont censés l’interdire … ! Ainsi, 316 femmes, surprises en plein exercice d’activité, viennent d’être interpellées par les différents corps de la sécurité nationale, 170 malheureuses mineures ont été également mises en milieu spécialisé de réeducation, et 11 lieux clandestins de débauche, ont été fermés. L’alarme a été tirée à plusieurs reprises, par la presse écrite qui n’a pas cessé de dénoncer ce mal qui ronge la société ,et surtout par les mouvements associatifs (social et religieux )qui militent pour son éradication, mais sans le moindre succès suite à la démobilisation de tant de partenaires sociaux de premier plan, qui ne se sentent nullement concernés ,sans s’impliquer et préfèrent laisser la situation tendre vers le pourrissement ,pour des raisons qui semblent inexpliquées à ce jour… ! Un bilan établi au cours de l’année 2009 ,par l’unes des associations de lutte contre les fléaux sociaux, démontre que la prostitution progresse de mois en mois, pour attendre des pics en plein été, et malheureusement en pleines soirées du mois sacré su Ramadhan, elle n’épargne aucun lieu de la wilaya, elle touche toutes les franges de la société, les femmes divorcées détiennent tous les records et sont les exposées, les mineures occupent également un bon pourcentage de l’échantillon soumis à l’enquête, elles y viennent à ce métier ,suite a des fugues répétitives et par l’incompréhension du milieu parental, qui se comporte avec brutalité en face des crises d’adolescence des filles, dont certaines deviennent trop capricieuses en se repliant sur soi et finissent par fuguer vers l’incertain qui les fait souvent débarquer au sein du monde de la prostitution qui ne leur offre aucune pitié. Ainsi, 316 femmes, surprises en plein exercice d’activité, viennent d’être interpellées par les différents corps de la sécurité nationale 170 malheureuses mineures ont été également mises en milieu spécialisé de réeducation, et 11 lieux clandestins de débauche, ont été fermés, juste au cours de ce premier trimestre de l’année en cours, selon une source digne de foi ,un bilan accablant qui laisse perplexe et laisse apparaitre en toute première lecture, la propagation d’un mal qui tend a perdurer et qui reste difficile a combattre, un mal que la santé publique combat depuis des années sans parvenir a le dominer ,vu la difficile maitrise de la gestion du dossier des maladies sexuellement transmissibles (les fameuses M.S.T),dont le bilan de l’année écoulée est plus que sombre avec l’enregistrement de nombreux nouveaux cas de syphilis et des centaines de cas de blennorragies (chaudes pisses). Ces tristes constats d’une intense amertume appellent les pouvoirs publics a un plis de sérieux pour l’engagement de luttes efficaces pour mettre fin, plus au moins un terme a ce phénomène qui ne fait que se répandre de jour en jour telle une trainée de poudre, qui brule d’un bout à l’autre en causant de multiples dégâts, sans épargner le moindre plan du décor ,tel en est le cas de la prostitution qui continue son ravage… ! L.Ammar

. .
Dimanche 2 Mai 2010 - 11:27
Lu 1653 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+