REFLEXION

DES MAISONS DETRUITES ET ABANDONNEES EN ALGERIE : Les nouvelles ruines du 21 ème siècle !

Certains quartiers de plusieurs villes d’Algérie, dont les maisons ont été détruites dans le cadre de la Résorption de l’Habitat Précaire, nous font penser aux conséquences d’un tremblement de terre qui a laissé des séquelles profondes, telles des plaies sur le beau visage de notre pays. De visu, un constat laisse apparaître que ces grands amas de pierre issus de cette démolition de logements qui menaçaient ruine, et qui à la grande surprise de tous, ces ruines vont rester éternellement, peut être des décennies durant, et plus tard peut-être que nos descendants les recenseront afin de les classer parmi les vestiges du patrimoine national algérien.



Cette situation qui perdure depuis  plus d’une année commence à agacer les citoyens résidents à proximité de ces ‘’Ruines’’ et qui réagissent dénonçant le laxisme  de certaines autorités qui ne semblent pas du tout impressionnées par ce genre de fait inhabituel et  qui survient à l’heure où la technologie moderne dispose de moyens appropriés et équipements sophistiquées  pour la prise en charge de ces travaux qui leur paraissent titanesque.  La principale question qui perturbe les esprits des gens c’est : « Que font les premiers magistrats des villes concernées par le phénomène et leurs  ‘’ collaborateurs ’’ qui sont censés veiller au bien être des citoyens, et de s’occuper de leurs communes, vu qu’ils ont été élus et choisis par toute une population ? Qu’attendentt-ils pour  prendre en charge ce problème épineux qui n’honore guère les  villes algériennes, jadis exemplaires, en raison de leurs réputations ‘’faisant allusion à leurs cultures d’antan, à leurs situations géostratégiques, économique etc. Malheureusement tout cela n’est que réminiscence évoquée par des gens âgés, qui soupirent à chaque fois qu’ils évoquent le passé, le comparant à se présent  où un tel massacre  environnemental et écologique  détruit  leurs rêves. Certains ne veulent plus y penser, ils préfèrent garder les souvenirs du passé.  Pour revenir à ces maisons détruites, quelle solution envisageable a été décidée par les concernés pour sortir ces villes nationales de leurs léthargies et de leur  marasme. Il est inutile de détailler les conséquences qui peuvent en découler d’une négligence du tissu urbain qui peut influer, en premier lieu, sur l’économie,  en matière de restauration des vielles bâtisses des grandes agglomérations. Certains citoyens résidents à proximité de ces ruines se plaignent des nuisances engendrées par quelques individus qui profitent de la vacance des lieux pour en faire des dépotoirs d’ordures et les utilisant comme endroits de débauche. Affectant, par conséquent, l’environnement et surtout sur la santé des citoyens que l’État doit prendre en charge en matière de soins et dont les coûts financiers s’avèrent importants  dans certains cas de pathologie.  Ce qui nous amène à conclure qu’il fallait prévoir les conséquences de ces destructions avant de procéder aux opérations de relogements qui étaient tant attendues par de nombreux citoyens mal-logés, une  réflexion qui mérite réponse.  

B. Adda & AS. Mohsen
Dimanche 22 Juin 2014 - 10:57
Lu 257 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+