REFLEXION

DES LE COUCHER DU SOLEIL : La route de la corniche supérieure sombre dans le noir



Les automobilistes qui préfèrent emprunter la route de la corniche supérieure pour échapper aux embouteillages souffrent le martyre notamment après le coucher du soleil, et ce, à cause de l’absence de l’éclairage public. Le problème pénalise surtout les personnes souffrant de manque de visibilité, car la lumière y est la plus grande absente. Les quelques kilomètres de cette route reliant le lieu-dit Coca à Ain El Türck sont dépourvus d'éclairage public. Voilà une carence qui aurait certainement été à l'origine de nombreux accidents mortels sur cet important axe qui draine des milliers d'estivants, notamment durant ce mois d'août qui connaît une affluence particulière. Plus de 5 millions d'estivants ont été, en effet, enregistrés depuis le début du mois. Notons que les travaux de ce projet de grande envergure, pour lequel un apport financier d'un montant de 123 milliards de centimes a été dégagé, se sont étendus jusqu'à la bretelle desservant le village Filaoucène, communément appelé El Qaria, sur le territoire de la municipalité de Bousfer et l'accès ouest du chef-lieu de la daïra d'Aïn El Turck. Cet axe routier, n'ayant jamais fait auparavant l'objet d'une quelconque opération de restauration et qui se trouvait par conséquent dans un état plus que lamentable, a été également transformé en une double voie. Les travaux de réhabilitation ont ainsi éradiqué le virage à épingle à cheveux, aboutissant sur la route menant à El Qaria, qui constituaitMedjadji H.

un véritable angle de la mort et a été à l'origine d'un nombre indéterminé d'accidents de la circulation.
Dimanche 17 Août 2014 - 17:44
Lu 98 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+