REFLEXION

DES CITOYENS ET DES AUTOMOBILISTES OTAGES DU BRICOLAGE D’UNE ENTREPRISE : Que fait le maire de Mostaganem ?

C’est depuis une quinzaine de jours qu’une entreprise de bitumage bricole tout au long de la journée pour bitumer la route menant du centre-ville à EL-Arsa en créant un climat dégoûtant , dû au blocage total de la route, sans aucune signalisation, forçant les passants à respirer de la poussière et l’odeur du goudron. Au même moment, le maire de Mostaganem se contente de superviser le projet depuis son téléphone portable pour ne pas embarrasser les travailleurs du chantier de monsieur le sénateur.. !



DES CITOYENS ET DES AUTOMOBILISTES OTAGES DU BRICOLAGE D’UNE ENTREPRISE : Que fait le maire de Mostaganem ?
En effet, depuis une quinzaine de jours, la route menant au quartier El Arsa à partir du centre est bloquée à la circulation malgré qu’elle soit une route qui enregistre un flux automobile important. Et pour cause ; les travaux de bitumage qui perdurent provoquant des désagréments et suscitant des interrogations. L’entreprise réalisatrice du projet tergiverse dans l’accomplissement des travaux dont elle a la charge. Cette dernière a commencé à décaper sévèrement la route à goudronner en choisissant le jour comme période de travail avec tous les inconvénients que peuvent engendrer ce genre de travaux. Les habitants d’El Arsa sont les premiers à payer les frais de ce mauvais choix. Ils souffrent à l’instar des personnes empruntant cette route pour regagner la station de bus de Sidi Ali et la clinique « Benosmane ». Du fait du  dépoussiérage effectué de jour par les ouvriers de l’entreprise titulaire de ce projet de bitumage, l’air est devenu irrespirable dans toute cette zone habitable.  Les travaux qui devraient se faire en quelques jours sont dans leur troisième semaine sans un signe de dénouement prochain. Contacté, un entrepreneur de la région de Kheir Eddine nous a affirmé que ce genre de travaux ne dépasse pas une semaine vu que la distance à bitumer est de moins de 500 mètres. Avant d’ajouter que dans ce cas de figure mieux vaut travailler la nuit car on est en plein centre-ville où l’éclairage public est dûment disponible. Pas besoin de dépenser en matière d’énergie électrique, a-t-il affirmé. De ce témoignage on peut en déduire la conclusion suivante : absence de volonté de s’assurer à ce que  les citoyens soient bien servis. Cette volonté n’est pas, forcément et uniquement, celle de l’entreprise réalisatrice du projet  mais  aussi du maitre de l’ouvrage et du bureau d’études et des élus mandatés par ces mêmes citoyens. La question qui se pose maintenant ; à quand la fin du calvaire et non pas du projet qui apparemment aurait été confié à une entreprise qui manque de professionnalisme pour ne pas dire d’expérience. Seuls les experts en travaux publics vont nous éclaircir à ce sujet.           

Said
Lundi 27 Mai 2013 - 17:24
Lu 670 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+