REFLEXION

DES BONS DE COMMANDES DE PLUS D’UN MILLIARD DELIVRES EN PLEINE CAMPAGNE : Des soupçons autour de la gestion de l’APC de Tissemsilt

En cette période de campagne électorale, le champ peut être ouvert à toutes les probabilités mais aussi l’occasion pour certains de frapper leur dernier coup pour certainement se faire un peu d’argent et peu importe s’ils ne seront pas réélus.



DES BONS DE COMMANDES DE PLUS D’UN MILLIARD DELIVRES EN PLEINE CAMPAGNE : Des soupçons autour de la gestion de  l’APC de Tissemsilt
En effet, le climat propice d’une part et la soif pour de l’argent d’autre part ont idéalement participé à l’aboutissement des projets les plus inconcevables et si certains élus ne faisaient presque rien durant leurs mandats respectifs, dernièrement, ils ont été secoués par un éveil de conscience allant jusqu’à signer n’importe quoi pourvu qu’au finish, il y a de l’argent et du gain. Les informations qui nous sont parvenues de l’hôtel de ville affirment que durant un peu plus d’un mois c’est à dire du 17/10 au 20 /11de cette année, l’APC de Tissemsilt a délivré  plusieurs  bons de commandes de pièces détachées au profit d’un vendeur de pièces de rechanges de la ville de Tissemsilt pour un montant qui avoisine un milliard de centimes,  cela sans parler des autres bons  relatifs aux produits de la quincaillerie, ce ne sont surement pas d’anciens achats que les responsables élus de Tissemsilt tentent de  régulariser.  L’expérience nous a montré que les fournisseurs ne font plus confiance aux collectivités locales sans avoir au préalable leurs bons de commandes et même avec ce document le payement est toujours dépendant des conditions et de la solvabilité de la collectivité et à ce niveau là, beaucoup de questions se posent ; qui est derrière la signature de ces « traités douteux et qui en tire profit» ? A quoi servent-ils et pourquoi a t on attendu jusqu’à la fin du mandat pour les signer ? Si ces transactions sont légales, pourquoi ne sont elles signées que maintenant  c'est-à-dire dans le « temps mort » ? Et beaucoup d’autres questions que seule une commission d’enquête dépêchée à la mairie par les hauts responsables pourra leur trouver les réponses et lever le voile sur les circonstances dans lesquelles on a conclu ces contrats.

A.Ould El Hadri
Mercredi 21 Novembre 2012 - 00:00
Lu 272 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+