REFLEXION

DERNIERES INTEMPERIES A TIARET : Des crues ‘’herculéennes’’ font déborder des oueds ‘’dormants ‘’

Dans un cas pareil, la commission de sécurité devrait siéger en collaboration avec des staff d’aide et de secours, mais le wali de Tiaret a préféré veiller personnellement et constater sur le terrain les conséquences des dernières pluies qui se sont abattues sur la région où une forte pluviométrie s’est étalée sur presque 48 heures et quoique c’est un signe de bonne augure et aussi un repère de prospérité pour les fellahs, et aussi un épanouissement pour une région à vocation agro-pastorale.



Beaucoup de dégâts ont été signalés à notre rédaction, à l’exemple des fortes crues qui déversent au barrage Benkhedda qui a fait son plein et qui a même débordé pour accélérer d’autres crues qui ont fait des ravages le long d’Oued-Mina qui fait le parcours de la région de Sougueur jusqu’aux frontières de la wilaya de Relizane faisant passage à Tagdempt, Mechraâ-Sfa et Djillali Ben-Ammar, et ce parcours d’Oued-Mina sur une distance de près de 27 km à vol d’oiseau, de la cascade de Sidi-Ouaddah jusqu’à la commune de Djillali Ben-Ammar a laissé beaucoup de séquelles, d’abord, l’on déplore la mort d’un agent de sécurité au niveau de la région de « Aafafna », emporté par les crues la nuit du dimanche et retrouvé le lundi 3 février 2014, dans des conditions « énigmatiques » et sujettes à une enquête très approfondie, et non loin de cette région, près de 5 hectares de plants d’arbres fruitiers ainsi que des champs d’oignon et d’autres légumes ont été détruits par les crues tout près du grand barrage Benkhedda, et toujours dans la même région, les crues ont détruit le principal canal d’adduction d’eau potable laquelle alimente les 2 communes (Mechraâ-Sfa et Rahouia), soit 60.000 habitants qui demeurent à l’heure où nous mettons sous presse sans eau, et avançant plus loin, les crues d’Oued-Mina, en allant vers Djillali-Benammar ont emporté quelques 6 grands moteurs pour pompe à eau, lesquels sont utilisés par les fellahs sans pour autant citer le cheptel qui a été lui aussi livré à la nature. Et toujours dans le même contexte, des grands oueds dormants comme celui qui traverse la commune de Medrissa, a fait une démonstration spectaculaire, coupant les habitants de l’oued du reste du monde, un mobile qui a poussé inopinément Mr le wali à faire des constatations sur place, en sillonnant en une seule journée presque les 2/4 de la wilaya de Tiaret à commencer par l’état des routes comme la RN 14 et le tronçon reliant Tiaret à Dahmouni ainsi que la RN 23 et le tronçon reliant Sougueur à Tiaret, et au niveau de la voie d’évitement sud et dans ce périple, le wali a rendu visite aux points de la RN 90 qui a été coupée suite à l’amoncellement des sables et des pierres après les travaux de la voie ferrée en notant que des instructions fermes ont été énoncées aux responsables du projet. Une autre escale à Medrissa où les crues ont fait le plein de l’Oued, coupant quelques cités et habitants du reste du monde, un mobile qui a incité Mr le wali à réunir les directeurs des ressources en eau, de la protection civile, la D.T.P, en les instruisant sur la nécessité de venir en aide aux familles en détresse et dans ce sens, le wali a instruit aux responsables concernés la révision du cahier de charges concernant la protection de la commune de Medrissa des eaux pluviales, et en outre la retenue collinaire de Tiguiguest à M’ghila a suscité l’attention de Mr le wali qui a ordonné tous les services concernés à prendre en charge les doléances des citoyens.

Abdelkader Berrebiha
Mardi 4 Mars 2014 - 17:55
Lu 143 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+