REFLEXION

DERAILLEMENT D’UN TRAIN EN ESPAGNE : 78 morts, un Algérien parmi les victimes

L'identification des victimes se poursuit, en Espagne, deux jours après l'accident de train meurtrier de Saint-Jacques de Compostelle, dans le nord-ouest de l'Espagne. La police espagnole a annoncé vendredi avoir identifié 73 personnes dont un Algérien. Par contre, 81 personnes étaient toujours hospitalisées vendredi, dont 31 dans un état grave.



Parmi les corps identifiés, figurent ceux de trois étrangers, un Algérien, un Mexicain et un Américain. Deux enquêtes, judiciaire et administrative, ont été ouvertes. L'une des voies touchées par l'accident a été réouverte au trafic.  Le drame s’est produit  mercredi dernier, quand un train de voyageurs, un Alvia 730, qui transportait 220 passagers a déraillé à quatre kilomètres de la gare de Saint-Jacques de Compostelle, la ville de pèlerinage mondialement connue dans le nord-ouest du royaume. Il s’agit du défunt Chiad Mohamed, âgé de 45 ans, et originaire d´Alger qui vivait à Gandia, une localité de Valence, a laissé derrière lui 5 enfants, 4 garçons et une fille, tous mineurs, l´aîné a tout juste 9 ans, et les plus petits, des jumeaux, ne dépassent pas les 18 mois. Au chômage depuis longtemps, le malheureux se rendait à la ville de la Corogne pour travailler avec son ami à la foire médiévale. Le trafic a été rétabli à 7h50 sur la voie 2 à grande vitesse, selon une porte-parole d'Adif qui a ajouté que les voies de train conventionnelles, entre Ourense et Saint-Jacques de Compostelle, avaient été rouvertes à 5 heures. La circulation sur une deuxième voie à grande vitesse, elle aussi touchée par le déraillement du train, doit encore être rétablie. L'un des deux conducteurs placé en garde à vue. S'il est désormais acquis que le train allait trop vite, les experts analysent désormais l'accident comme un enchaînement d'erreurs humaines et de défaillances techniques, notamment concernant le freinage. Blessé, Francisco José Garzon, 52 ans, a été placé en garde à vue jeudi soir pour «imprudence» et devait être entendu par la police  vendredi.  L'homme a reconnu rouler à 190 km/h alors qu'il abordait la zone limitée à 80 km/h. En outre, le chef de la police de Galice a indiqué avoir en sa possession les boîtes noires du train, qui doivent être remises à la justice.

Ismain
Dimanche 28 Juillet 2013 - 13:21
Lu 223 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+