REFLEXION

DEMONTAGE DE LA CHARPENTE METALLIQUE DU LYCEE BELHOUARI A TIARET : Disparition énigmatique des matériaux de construction et des équipements

Des syndicalistes dénoncent la disparition énigmatique de centaines de perches IPM provenant du démontage de la charpente métallique du lycée Belhouari au chef lieu de la wilaya de Tiaret, et pointent du doigt l’économe qui était chargé du suivi des travaux de démolition.



DEMONTAGE DE LA CHARPENTE METALLIQUE DU LYCEE BELHOUARI A TIARET : Disparition énigmatique des matériaux de construction et des équipements
Dans le cadre de la préservation d’un environnement saint, et en raison du danger de l’amiante de ciment, le lycée Belhouari fut démoli en 2008. Une quantité de matériaux de construction de quoi ériger plusieurs hangars ; des centaines de perches, de la charpente métallique IPM d’une longueur qui dépasse les 15 mètres, des tôles en aluminium, des tôles pour toitures, des fenêtres et des portes en aluminium, des radiateurs pour chauffage central et un groupe électrogène à l’état neuf, ont disparu dans des circonstances imprécises. L’intendant chargé du suivi des travaux de la démolition est indexé par les syndicalistes et tenu pour responsable de la disparition des matériaux de construction, dans des circonstances imprécises, dont le coût s’élève à plusieurs millions de dinars. En outre, ils lui reprochent le cumul de plusieurs fonctions. « Il cumule plusieurs fonctions ; intendant d’un lycée et fait fonction d’économe de deux autres lycées, de trésorier de la ligue des sports scolaires, de trésorier d’une organisation chargée des colonies de vacances et il fait fonction de chef de service à la direction de l’éducation de Tiaret. S’agit-il d’une compétence exceptionnelle, ou il ya anguille sous roche ? » s’’interroge un syndicaliste. A travers ce cumul qui traduit la déchéance dans la gestion des ressources humaines, et dénote la marginalisation du personnel et le dysfonctionnement dans l’administration de la DEC. La désignation de cet économe en qualité de responsable des travaux de démolition de cet établissement pose moult questions. Arrivé à l’âge de la retraite, profitant de la situation confuse, il évite de procéder aux passations de consignes. « Quoique mis à la retraite le 31 Mai 2011, il exerce toujours ses multiples fonctions » ajoute-t-il. Cela se passe au niveau du chef lieu de wilaya, qu’en est-il dans les autres communes ? Par ailleurs, les représentants des professeurs au sein du conseil d’orientation et de gestion du lycée Larbi Ben Mestoura refusent de signer le rapport présenté par le proviseur et exigent de l’économe, la lecture du bilan financier. Cette affaire a été relatée par Réflexion dans l’une de ses éditions antérieures. Malgré leur refus de signer, le rapport a été validé et transmis à qui de droit ! Apprend-t-on d’une source bien informée. Quant aux syndicalistes du lycée Belhouari, ces derniers refusent de signer le rapport et interpellent les autorités concernées et demandent l’ouverture d’une enquête pour déterminer la destination donnée aux matériaux disparus et assainir la situation dans leur établissement.

Fayçal
Samedi 11 Juin 2011 - 11:06
Lu 707 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+