REFLEXION

DEBAYAGE A LA DIRECTION DE LA PROTECTION CIVILE : Le personnel exige le départ du directeur de wilaya

Les agents de la protection civile de Mostaganem sont montés au créneau et le malaise qui dure depuis quelque temps vient d’éclater au grand jour. Hier, mardi 24 mai 2011, la porte d‘accès du côté de la direction ainsi que celle de la direction, ont été cadenassées par les contestataires qui demandaient le départ du directeur de wilaya.



DEBAYAGE A LA DIRECTION DE LA PROTECTION CIVILE : Le personnel exige le départ du directeur de wilaya
A notre arrivée sur les lieux aux environs de 9h, les agents de la protection civile étaient tous en tenues, et ont tenu à nous parler des raisons de cette grève qui survient suite au malaise qui dure depuis des mois. Malgré les revendications, rien n’a été fait. Bien au contraire. D’après nos interlocuteurs beaucoup de leurs collègues qui ont osé briser la loi du silence, ont été soit mutés ou suspendus. Cette façon de faire et cette Hogra ne sont pas les seules causes. Certains affirment qu’en plus des tâches entrant dans le cadre de leurs différentes missions, sont contraints d’effectuer des travaux de maçonnerie, de peinture, de plomberie…etc. Toujours d’après nos interlocuteurs, l’unité a été repeinte entièrement par deux agents de la protection. D’autres se plaignent du mauvais état du foyer de l’unité, censé être un lieu de détente, il ne comprend aucune commodité, ni chaise confortables, ni en nombre suffisant, ni table digne de ce nom, même le téléviseur est très ancien et trop petit, les derniers n’arrivent même pas à regarder. Le travail de pompier est fatigant et surtout stressant et il est important pour les agents de pouvoir se relaxer et se détendre comme il se doit après les heures de travail. D’après les contestataires, les nouvelles unités manquent d’équipement et de commodités, ni matériels de cuisine, ni chaudières, ni douches…etc. Un agent atteint d’un cancer et qui doit subir des séances de chimio thérapie, est affecté très souvent à la garde et doit assurer cette tâche durant 24h dans un poste isolé et en cas de malaise, personne ne pourrait s’en apercevoir. Ce dernier n’a jamais osé réclamer car craignant des représailles comme ces prédécesseurs. Les contestataires demandent une commission d’enquête neutre et composée de membres n’appartenant pas au corps pour faire éclater la vérité car il existe, d’après eux, des choses plus graves encore. Les agents affirment détenir des preuves et veulent même aller devant la justice pour les exhiber. Un bras de fer vient de s’engager entre les agents de la protection civile de Mostaganem et leur chef hiérarchique. Ce bras de fer ne fait que débuter et il faudrait s’attendre surement à des rebondissements dans cette affaire.

Mihoub
Mercredi 25 Mai 2011 - 11:47
Lu 1627 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+