REFLEXION

DE LA STATION BALNEAIRE A LA DECHARGE PUBLIQUE : La « Salamandre » aux rats !

Autrefois réputée par sa magnifique plage si accueillante et surtout ses bars où la joie de vivre et la gaité dominaient en maitresses uniques de ces lieux disparus à jamais au nom de la promotion d’un tourisme qui tarde à voir le jour, la jolie « Salamandre » n’a pu que se muer une fois pour toute en une gigantesque décharge publique où les rats ont fini par sévir partout et être les éternels « touristes » de la station balnéaire !



DE LA STATION BALNEAIRE A LA DECHARGE PUBLIQUE : La « Salamandre » aux rats !
De la « Salamandre» d’autrefois, rien ne subsiste et seule une forte nostalgie continue de se faire ressentir auprès des vieux pêcheurs et de quelques « originaires » de la ville  qui se rassemblent encore à la place du « bar de Djaatit » en souvenir d’un temps où la station balnéaire respirait encore la joie, la tranquillité et surtout la totale sécurité. Aujourd’hui, en ces premiers jours de la saison estivale, « Salamandre » tente de regagner son prestige d’antan par un embellissement de circonstance et l’organisation de quelques manifestations culturelles et sportives qui n’ont malheureusement pu  faire l’effet attendu par les autorités.  La ville continue de dépérir d’une année à l’autre par la saleté  qui cerne de partout ses rues et sa plage, et surtout  le désespoir qui la hante dès la tombée de nuit, et la transforme  en  une immense boite de nuit où l’insécurité devient la reine des lieux  et le risque de perdre la vie pour un rien n’est point écarté. En ce contexte, les malheureux citoyens de ce « lieu d’enfer » (unique  qualificatif qui semble lui a été attribué par l’opinion publique  et  locale), déplorent le cadre de vie qui se dégrade davantage et d’un jour à l’autre et soulèvent surtout le manque d’hygiène de la localité. Selon les déclarations d’un vieux pêcheur, M.B. Harrag, « les rats partagent avec nous le gite et les repas, ils sont devenus des locataires à part entière! », un autre, M.H. Mohamed, un retraité de la CNAS confirme également que les morsures de ces bestioles sont  devenues fréquentes et presque quotidiennes, les rats n’hésitent plus à pénétrer au sein des logements par le biais des balconnets et des fenêtres, plusieurs enfants ont été victimes de morsures par  ces  rongeurs, porteurs de germes de tant de maladies, dont la plus redoutable demeure la rage, mais également la peste qui risque de resurgir en de pareilles circonstances. Un commerçant, M. D. Bendhiba, dénombre presque quotidiennement le passage d’une dizaine de gros rats à travers les ruelles qui longent son magasin. A la polyclinique de Salamandre, un technicien de la santé désirant garder l’anonymat affirme que les cas de morsures par les rats sont déclarés presque tous les jours et les plus exposés demeurant malheureusement les enfants âgés de 03 à 11 ans, qui ne savent se défendre ou fuir à la vue de ces bêtes. Selon l’avis des spécialistes en matière d’hygiène publique, cette lamentable situation n’a pu être engendrée qu’en l’absence d’un bon plan de collecte des ordures ménagères, qui  ne semble point être respecté au sein de Salamandre, de la présence de caves sales d’immeubles et quelques garages mal entretenus et fermés pendant longtemps  et de la présence de dépotoirs n’ayant pas encore fait l’objet d’évacuation vers la décharge publique. En plus de ces facteurs ayant aggravé davantage la désastreuse situation non hygiénique de la station balnéaire, l’incivisme de certains citoyens inconscients d’u mal qu’ils sèment, est également pointé du doigt. Ces derniers  jettent les ordures par les fenêtres sans le moindre souci pour autrui où ils les déposent  à toute heure de la journée en dehors sans s’inquiéter de leur levée. En face d’une telle anarchie « orchestrée » d’une part par  certains citoyens insoucieux de cette invasion, d’autre part par une A.P.C  plus soucieuse de promouvoir le tourisme au sein  de cette  station balnéaire, malheureusement envahie par des rats en touristes d’un coin de rue à l’autre, et  surtout  en absence de toute stratégie  de lutte à long terme  contre ces rongeurs par l’organisation de campagnes efficaces de dératisation ; l’infestation des rats ne peut  que  se poursuivre et finir  par migrer vers la ville de Sidi Said !        

L. Ammar
Mardi 25 Juin 2013 - 08:38
Lu 634 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+