REFLEXION

DAÏRA DE AÏN EL TÜRCK : Les pluies torrentielles font craindre le pire



Après la relative hausse de température, les pluies torrentielles  qui se sont abattus ces derniers jours font craindre le pire non seulement en matière de circulation routière sur l’axe Oran-Aïn El Türck mais aussi sur les habitations précaires des différentes communes de la daïra d’Aïn El Türck. Concernant la circulation routière, les chaussées, devenant glissantes par ces temps pluvieux, sont souvent la cause de dérapages des véhicules. La vitesse aidant, comme cela est le cas sur cet axe routier, inutile de rappeler le nombre d’accidents généralement graves. Selon un élément de la Protection civile d’Aïn El Türck, leurs équipes sont en état d’alerte. D’autre part, le risque qu’ont souvent tendance à oublier les usagers de cet axe routier, qui  sont  souvent  menacés  et même  agressés par les chutes de pierres qui peuvent survenir de la montagne qui longe la corniche oranaise ouest. En effet, l’effritement partiel de pans de la montagne dû à la variation de température constitue un autre facteur d’accidents, même si leur nombre a été considérablement réduit, suite aux traitements apportés en amont sur la montagne par les services des forêts. Quant aux habitations précaires, les risques d’effondrement même partiel ne sont jamais loin. A ce titre, la commune d’El Ançor semble la plus exposée à ces risques du fait de sa situation géographique, à savoir située en contrebas de la montagne d’où s’écoulent les eaux  pluviales à grande vitesse.               

Medjadji H.
Lundi 27 Janvier 2014 - 17:32
Lu 109 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+