REFLEXION

DAIRA D’ORAN : Un agent de sécurité condamné pour corruption et escroquerie



Le tribunal correctionnel d’Oran a condamné, avant-hier, à 1 an de prison ferme assortie d’une amende, un agent de sécurité exerçant auprès de la daïra d’Oran, suite à son implication dans une affaire de corruption et d’escroquerie. L’accusé est âgé de 57 ans et dispose de 30 années de travail, avant de commettre un acte d’escroquerie à l’encontre d’une dame âgée d’une cinquantaine d’années, où il lui a soutiré son argent en échange de procédures chimériques pour l’obtention d’un logement social. La victime s’est présentée en tant que partie civile dans cette affaire et a demandé le dédommagement de son argent détourné estimé à 8 millions de centimes, tandis que l’accusé a demandé l’allègement de la peine du fait qu’il avait reconnu sans encombre les faits qui lui sont reportés. Les faits de cette affaire remontent à la date du 7 décembre dernier, au moment où la victime s’est rapprochée du siège de la daïra d’Oran, en vue de recevoir un logement social et dans ses mains une décision d’attribution, où elle a rencontré l’accusé qui exerce en tant qu’agent de sécurité et de prévention au niveau de la daïra, qui lui avait proposé de l’aider à activer la réception de son logement en échange d’une somme d’argent. Trouvant la proposition intéressante, la victime a immédiatement remis à l’accusé une avance de 8 millions de centimes, en attendant la réception du logement pour lui verser le reste de l’argent. Après une semaine écoulée, le comportement de l’accusé a commencé à susciter des doutes sur sa sincérité, ce qui a mené la victime à se présenter devant la police pour déposer plainte contre l’indélicat escroc qui a été arrêté et a avoué les faits au cours de son audition et devant le tribunal, avant-hier. L’accusé a également déclaré que c’est la victime qui lui a demandé de l’aider en échange d’une somme d’argent, tout en reconnaissant le tort qu’il avait fait subir à la victime. Quant à la défense, elle avait demandé les circonstances atténuantes contre son mandant du fait qu’il n’a aucun antécédent judiciaire et qu’il est sur le chemin de la retraite.

Touffik
Lundi 4 Janvier 2016 - 17:34
Lu 420 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+