REFLEXION

DAÏRA D’AIN EL TURCK : Dégradation du cadre de vie dans certaines communes

La salubrité publique dans les communes de Mers El Kebir, Bousfer
plage et Aïn El Turck s’est sérieusement dégradée, depuis plusieurs semaines.



En effet, les ordures ménagères continuent d’envahir, chaque jour, les rues et les quartiers de ces trois localités en empestant et polluant l’air, lequel devient irrespirable à cause des odeurs nauséabondes et de la fumée qui s’en dégagent. Par conséquent, la situation risque de se corser davantage, si aucune solution urgente n’est trouvée par les autorités communales des deux localités, car il y va de la santé publique de la population et de l'environnement. La cause de ce problème réside dans l’opposition des riverains résidant à quelques encablures des décharges sauvages, situées dans les quartiers du cap Falcon, qui refusent le jet des ordures et autres déchets en tous genres, provenant de ces communes. Les opposants arguent que ces décharges « empoisonnent leur quotidien avec la fumée et les odeurs fétides qui s’y dégagent ». Résultat : Ne disposant pas de sites appropriés pour le jet des immondices, les communes susnommées n’arrivent plus à évacuer leurs déchets, lesquels commencent à s’entasser dans les chefs-lieux, les villages et même sur les accotements de l’autoroute qui longe ces communes, en créant des monticules repoussants et dangereux pour la santé des habitants. Si pour le moment l’APC de Bousfer  a « trouvé » une solution provisoire à ce grave problème en évacuant le surplus de déchets vers une décharge publique en attendant une solution finale à ce problème, dans la commune d’Ain El  Turck, par contre, le problème demeure entier et aucune solution n’est trouvée pour le moment. Ce grand village, surnommé la corniche oranaise, se trouve dans un état lamentable. Des décharges sauvages puantes voient le jour dans les quartiers et la rue. La situation ne prête guère à l’optimisme, puisque aucune solution n’est encore trouvée malgré tous les efforts de l’exécutif, qui se voit à chaque fois rabroué par des habitants en colère, lesquels refusent que des sites situés à proximité de leur village soient transformés en décharges publiques. Comme nous le dira cette élue à l'APC d’ Ain El Turck : « Nous avons choisi le site  du C.E.T (centre d’enfouissement technique (du cap Falcon devant recevoir les déchets de la commune. Mais, à chaque fois, nous nous heurtons à l’opposition farouche des habitants de ces localités. Nous avons adressé une correspondance à la direction de l’Environnement d’Oran pour diligenter une commission qui inspecterait ces sites, nous dit-elle. En attendant, le problème des ordures ménagères demeure toujours en l’état, et la situation se dégrade dangereusement dans ces trois communes qui forment la daïra d’Ain El Turck.

Medjadji. H
Mercredi 11 Septembre 2013 - 23:00
Lu 130 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+