Crise économique ou économie en crise......!



L'Algérie ne cesse d'enregistrer des retards et de souffrir d'une dégradation continue de sa situation économique...l'expérience nous a appris que l'unique stratégie pour un éventuel économique passe par la mobilisation de toutes les ressources
du pays. Pour mener à bien une telle action, il est impératif d'associer et de concerter tous les partenaires sociaux. Notre pays recèle des potentialités considérables dans tous les domaines, les utiliser en faveur des populations ne soulèvent pas de difficultés particulières. Il suffit tout simplement deréunir les conditions nécessaires. Certes, le législateur en Algérie a su organiser par des textes de lois, l'ensemble du processus qui structure l'économie de marché.Ces mesures, prises en matière de libéralisation de l'économie visent à instaurer une saine et loyale concurence et à developper
des actions créatrices et novatrices dans le but d'acceder aux besoins d'investissement, d'exploitation et de consommation , à des conditionsfavorisant l'interet national. Force est de constater que ces objectifs ont
été détournés par une démobilisation de l'état à assurer son role derégulateur de l'activité économique, financière et sociale, en se désengageant de lutter contre la bureaucratie, la spéculation, les situationd
de monopoles et les pratques malsaines et rentières. Les priorités nationales sont connues et identifiées. Il s'agit de l'emploi et du logement. A
celles-ci, il conviendrait d'associer tous les secteurs, en créant une politique d'investissement clairvoyante organisée qui contribuera à accroitre .les retombées positives des réformes et de mobiliser tous les moyens propres à la nation, ainsi que toutes les possibilités offertes par les promoteurs privés. Une désorganisation de l'activité économique nationale entrainerait, de facto, un developpement des injustices sociales par une généralisation de l'appauvrissement touchant plus particulièrement les
couches laborieuses et défavorisés. Il est indispensable de creer, d'inventer une nouvelle forme de vie aux instruments financiers qui régissent les règles de fonctionnement économique national et prendre conscience de l'inéficacité du secteur bancaire, qui est actuellement plus destiné à servir dans des conditions "douteuses" une certaine clientèle. Ces institutions doivent impérativement être intégrées au système financier international afin
qu'elles puissent acquérir le savoir indispensable à son évolution. La résorption du chomage dans la situation particulière que traverse l'Algérie
passe par la mise en oeuvre de solutions qui doivent adaptées à chaque région en fonction des potentialités géographiques, humaines,matérielles,climatiques et socio-culturelles. Le déficit de logement peut trouver sa
solution dans la mobilisation intelligente et organisée des financementspublics de privés, nationaux et internationaux.

De notre correspondant à _ PARIS _ France
Dimanche 17 Mai 2009 - 22:06
Lu 732 fois
TRIBUNE LIBRE
               Partager Partager

A LA UNE | L’ESSENTIEL | MOSTAGANEM | INFO REGION | Edito | CULTURE | SPORTS | RAMADANIATE | NON-DITS | DOSSIERS | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER



Les plus lus

Edition du 02-09-2014.pdf
3.23 Mo - 01/09/2014




Flux RSS



Retrouvez-nous sur Google+