REFLEXION

Corruption phénomène universel



La corruption est un véritable cancer social. Qu’il  n’est point facile d’éradiquer. En  matière de marchés publics et autres conventions, ce phénomène considéré comme universel, ne cesse de se  répandre à travers le monde, où, aucune nation n’est épargnée. Aujourd’hui  par  ce temps moderne, il nous est démontré  implicitement, qu’elle ne concerne  pas que les pays en voie  de développement,  elle s’est généralisée telle une gangrène  où les grands pays sont séreinement affectés. Les scandales dans la réalisation de  contrats,  les commandes publiques et autres conventions sont fréquents et  entraînent de  graves conséquences, causant  de sérieux préjudices aux nations. Le  processus d’attribution, d’élaboration et d’exécution des marchés publics suscite différentes formes de corruption, qui  ont  tendance à se développer  dans la forme et dans le fond. La lenteur  dans  le processus de la passation et l’exécution des commandes publiques, où la réalisation de prestations de service, donne plusieurs  opportunités aux intervenants  en amont  et en aval, d’agir, et de saisir l’occasion de  parfaire leurs tentatives de  corruption  dans toutes ses formes. Même dans  le cas de la loi sur la concurrence, des procédures y afférentes à la réglementation en vigueur. De   l’application des textes régissant le code des marchés en règle générale, il existe des dérogations qui permettent le gré à gré, en cas  de  situation d’une urgence signalée, de  monopole, où d’une quelconque. Spécialité.  Lorsqu’il n’est plus permis, d’éviter la  concurrence, sans causes apparentes, toutes  les manœuvres de dissimulation sont   employées, pour couvrir les actes de corruption et de passer sous silence toutes ces formes d’agissements. Pour éviter la  propagation de la concurrence et limiter les  offres, les publications de  l’appel d’offres sont restreintes, ce qui permet de favoriser  un fournisseur où une entreprise de réalisation,  cette pratique très employées, de nos jours, réduit la concurrence, les offres et favorise le candidat corrupteur. Par ailleurs, on peut définir certains critères de qualification ou autres de manière qu’un minimum d’entreprises, puissent y  satisfaire à ces conditions sérieusement manipulées. Afin d’avantager les favoris choisis. Tous les moyens sont  utilisés. Il est possible les marques, les dimensions,  les spécificités, les modèles des caractéristiques, que seul le fournisseur privilégié, pourrait satisfaire. Le droit de réserve, la confidentialité, sont souvent  remis  en cause au détriment de la règlementation. De nombreuses opportunités de  corrompre sont mises à profit, de la part du corrupteur et du corrompu, au détriment  de l’Etat. Alors qu’il est difficile, de faire  la lumière sur ces actes répréhensibles. La transparence, la concurrence appropriée, le contrôle à postériori, les principes fondamentaux  juridiques, ne sont que des mesures nécessaires, qui limiteront  La corruption dans le temps et dans l’espace.

Sid-Affif Abderrahmane
Mercredi 22 Décembre 2010 - 11:12
Lu 340 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+