REFLEXION

Conséquence du froid, des citoyens se chauffent au bois

LES DEBOIRES DES HABITANTS DES DOUARS

Mostaganem et ses régions connaissent une rude vague de froid, qui a généré une grande tension sur la bouteille de gaz butane, qui est devenue très prisée et qui a atteint un prix exorbitant, dépassant certaines fois les 1500 dinars.



Conséquence du froid, des citoyens se chauffent au bois
our parer à cette situation, beaucoup de familles, au revenu modeste, ont opté pour le bois, qui est disponible du côté de certains douars de Bouguirat, Touahria, Souaflia, Sirat et Saf-saf. Cette région très boisée, est aussi très froide en cette période de l’année. Les habitants souffrent tellement de cette vague de froid. Faute de disponibilité de gaz butane, certains riverains, se rabattent sur le bois et l’existence d’une vaste forêt, très proche de la plupart de ces douars, est un soulagement. La plupart des habitants de la région, ont opté carrément pour ce  combustible disponible en abondance. Ahmed, fellah occasionnel et père d’une  ribambelle d’enfants, arrive difficilement à subvenir aux besoins de  ces derniers, leur offrir une bouteille de gaz butane à plus de 1500 dinars, relève de l’impossible, alors avec l’ainé de ses enfants, ils vont souvent chercher du bois dans les parages. C’est gratuit et puis dit Ahmed, on peut s’endormir bien au chaud sans avoir peur d’une quelconque fuite de gaz. Abdelkader, travaille comme agent de sécurité pour le compte d’une société privée, il est de ceux, qui doivent chaque fois aller faire le bucheron dans la forêt avoisinante. Pour Abdelkader, qui est fils d’un ancien bucheron, c’est le meilleur moyen de se chauffer et puis c’est économique, un jour ou l’autre dit-il, il n’y aura plus de gaz et nous serons obligés de retourner vers le bois. Amar, quand à lui, trouve que c’est fatigant et qu’il faut à chaque fois aller chercher du bois, certains gardes forestiers, ne veulent pas qu’on en prenne alors que d’autres sont plus « cool » disent-ils mais ce n’est pas une solution. Enfin, les responsables du secteur font ce qu’ils peuvent mais tant que certains spéculateurs, restent aux aguets, on ne pourra jamais solutionner ce problème et vivement le bois !

Mihoub
Jeudi 23 Février 2012 - 19:57
Lu 310 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+