REFLEXION

Comment lutter contre la détérioration du système socio-éducatif : pour une école et une université algérienne de qualité

Il ne faut pas avoir une vision de sinistrose. Car combien avions-nous de professeurs d’Universités, de médecins, d’ingénieurs, d’économistes, de sociologues, de juristes ect… en 1963 ? Mais force est de constater cette année 2015, résultat d’un processus ancien, malgré des budgets colossaux, des discours euphoriques et un malaise croissant tant au niveau de l’éducation nationale que de l’enseignement supérieur. En septembre 2014, six cent mille élèves, tous paliers confondus, ont rejoint les bancs de l'école pour la rentrée scolaire et 1,3 million d’étudiants ont rejoint l’Université et les grandes écoles.



1.- Certains versant dans la démagogie et la fuite en avant  veulent occulter les vrais problèmes qui sont le niveau alarmant de l’école algérienne avec des surcharges qui rendent impossible un suivi sérieux. Outre les différentes hautes fonctions que j’ai eu à exercer  dans les différentes structures   de l’Etat – Ministère Energie( directeur d’études), Cour  des comptes- DG du département des  études économiques magistrat et premier conseiller à la cour des comptes (magistrat) , président du conseil national  des privatisations, experts auprès des différents gouvernements   de 1974/2015 pour des audits d’intérêt national , je suis et  reste avant tout  professeur des universités mais ayant toujours privilégié les liens dialectiques  entre la théorie  et la pratique. Docteur d’Etat en 1974 à l'âge de 26 ans  dans les sciences de gestion,  soit déjà 41 ans nous étions à cette époque  à la faculté d’économie d’Oran seulement trois algériens  moins de 1% des effectifs, et l’Université d’Alger étant classée la troisième de France,   j’ai pu constater au fil des années de ma carrière l’effritement du niveau de mes étudiants de fin de licence et en doctorat  qui d’ailleurs ne maîtrisent ni l’arabe, ni le français et encore moins l’anglais, excepté pour environ 20%. Les nombreuses infrastructures (moyen et non comme fin) que l’on brandit souvent pour faire le bilan et le nombre n’ont jamais été à l’origine des meilleures compétences. Et se pose cette question : gravite- t- on en Algérie dans la hiérarchie pour les postes de responsabilités, en fonction des compétences ? Le manque de considération pour l’élite (mentalité de la rente) n’explique t-il pas l’exode massif de cerveaux où l’Algérien s’épanouit à l’extérieur?
2.-Ayant visité le monde en tant que membre de plusieurs organisations internationales, j’ai  vu des centaines de  compétences algériennes  aux USA et  en Europe vénérés par leurs pairs occidentaux. Ce n’est pas la faute seulement à l’enseignement supérieur. Si l’on fait passer des élèves du primaire au lycée avec un bas niveau l’on aura au niveau de nos facultés un niveau déplorable. Et ce sont parfois des personnes de bas niveaux qui enseignent tant au niveau du secondaire qu’au supérieur, misant actuellement sur la quantité et non sur la qualité. D’où l’important  avec tous ces mini ministères qui se télescopent,  outre un grand ministère  de l’économie nationale, où nous assistons à des propos contradictoires des responsables, un grand ministère de l’éducation nationale  regroupant l’éducation nationale, l’enseignement supérieur  et la formation professionnelle avec des secrétariats d’Etat techniques.  C’est une des conditions fondamentales, si existe la volonté politique,  afin de permettre   la transition d’une économie hors rente   dans le cadre   des nouvelles mutations mondiales caractérisée par l’innovation continue. Concernant l’option des filières  il faut avoir une approche du juste milieu. Le poète, le philosophe, l’écrivain et le journaliste, dans leur diversité, favorisant la tolérance et la lutte contre toute forme de xénophobie sont le miroir de la société, reflet du niveau du développement. Ils permettent d’ailleurs de dynamiser certaines filières productives au XXIème siècle comme les maisons d’édition, les médias le cinéma, la musique etc.. Les plus grands savants dont d’ailleurs devenus à la fin de leur vie des philosophes se questionnant si leurs inventions ont contribué à faire avancer dans le bon sens l’humanité. Il s’agit de réaliser la symbiose entre les sciences exactes et les sciences humaines car tout processus de développement a pour but une finalité humaine. Avec la dérive mécanique, le risque est de fabriquer des robots pouvant conduire à des comportements extrémistes dangereux. D’ailleurs, ceux qui sortent de polytechnique en France ou dans des grandes écoles spécialisés d’ingénieurs aux USA, en Europe ou en Chine sont contraints d’avoir une formation solide dans les sciences de gestion notamment en matière d’informatique, de management stratégique et ont une large culture générale. C’est qu’en ce XXIème siècle, nous ne sommes plus à l’ère de l’accumulation mécanique des années 1960/1970, mais à l’ère du primat de la connaissance, devant donc revoir notre système de formation, car les nouvelles technologies préfigurent un nouveau modèle de développement complexe, impliquant la pluridisciplinarité.
3.- C’est dans ce cadre, sans occulter l’importance des sciences exactes, que  les sciences humaines ont une importance capitale, sans compter l’éveil de l’esprit critique du devenir de la société. On ne plaque sur une société des schémas élaborés sous d’autres cieux sans connaitre la morphologie sociale dont, l’anthropologie culturelle, d’où l’importance des différentes branches de la sociologie et de la psychologie (branche essentielle pour les études de marché et analyser les comportements). Dans toute étude de rentabilité de projet et d’analyse stratégiques de prospective, tant micro que macro d’ailleurs solidaires, l’analyse de l’environnement est déterminante afin d’organiser et formaliser l'activité de veille. Il existe un théorème en sciences politiques : 80% d’actions mal ciblées et désordonnées que l’on voile par de l’activisme, ont un impact de 20% sur les objectifs et 20% d’actions bien ciblées ont un impact sur 80%. Aussi, aujourd’hui l'enjeu d’une Nation et sa survie implique de mettre en place des instruments opérationnels capables, d’identification, d’anticiper les modifications de comportement des acteurs économiques, politiques, sociaux et miliaires. Il s’agira donc de définir l'environnement pertinent, identifier les sources, détecter, analyser, diffuser l'information recueillie, se fondant sur la collecte d'information fragmentaire et qu'il est donc important de bien l'analyser. C’est dans ce contexte, que les plus grandes armées, sont organisées en réseaux et non plus en structures hiérarchiques, dont le noyau du commandement avec un rôle déterminant pour les services de renseignement, (la maîtrise de l’information au temps réel étant primordiale) regroupent des équipes pluridisciplinaires complexes où cohabitent ingénieurs, économistes, psychologues, politologues, experts de l’information, et sociologues de différentes spécialités. Vient seulement ensuite, l’opérationnel certes animé par des techniciens. Il en est de même pour toute action stratégique au niveau de présidences des grands pays.
4.- Mais que l’on s’entende bien, afin d’éviter  les diplômés chômeurs ou contribuer à travers l’exode de cerveaux à former pour l’extérieur, la relance  économique  portant  sur des segments à valeur ajoutée s’insérant dans le cadre des valeurs internationales est indispensable, autant que le changement  des méthodes d’enseignements avec l’ère d’internet où les relations élèves-professeurs sont  totalement différentes devant reposer sur le dialogue productif par des débats contradictoires, la dictée où le professeur parle , parle ,  étant largement dépassée devant transmettre par Internet ses cours au préalable.aux étudiants. Contrairement aux années 1970 où l’étudiant, même le décideur était confronté au manque d’informations, en 2015, il y a trop d’informations et  le problème posé est  de sélectionner la bonne information. Par ailleurs, comment ne pas  signaler les nombreuses déperditions scolaires entre le cycle primaire,  moyen, secondaire  et l’université, et les nombreux universitaires en chômage. Que deviendront les 1, 5 million d’étudiants qui sortiront des universités horizon 2017/2018, une véritable bombe à retardement ? Le  statu quo, le  manque de vision stratégique, les distributions de revenus sans contreparties productives, pour calmer le front social, sont suicidaires pour l’avenir du pays, les réserves de change, étant une richesse artificielle  ne provenant pas du travail qu’il s’agit de transformer en capital productif. Aussi, notre adaptation étant une question de survie, évitons les fausses polémiques, toute analyse unilatérale et attachons nous à l’essentiel à savoir  , les deux piliers des réformes, la bonne gouvernance et une école de qualité  qui détermineront  la future trajectoire du développement économique, social et politique de l’Algérie an sein d’un monde incertain et  en plein bouleversement.  Or, le rapport du forum mondial de Davos du 03 septembre 2014, du  point de vue de l’efficacité des institutions (Etat de droit- justice, libertés économiques  et sociales  déterminants pour une visibilité dans le monde des affaires),  l’Algérie arrive à la 97ème place   et pour  l’innovation  128ème sur 144 pays.
5.-En résumé, le mal est avant tout  en nous et évitons de voir toujours la main de l’extérieur qui nous aurait mal classée. Evitons également  toute autosatisfaction source de névrose collective  devant impérativement privilégier la qualité et non la quantité comme cette politique suicidaire  d’avoir une université par wilaya alors qu’il s’agit de créer de grands pôles d’excellence  régionaux et ces milliers de laboratoires  au niveau des universités, parfois avec des mêmes thèmes, où nous avons eu peu de découvertes innovantes. L’école  avec la famille  et les influences socioculturelles dues à la  révolution du nouveau système des télécommunications (la majorité de la population algérienne étant parabolée),  d’une manière générale dépasse le simple cadre socio-économique forgeant les comportements futurs  des femmes et les hommes  de demain ayant des incidences sociales, culturelles  et politiques. Comme l’ont  démontré brillamment déjà Ibn Khaldoun au XIVème siècle  et  un grand économiste indien, prix Nobel d’économie en 1998, Amartya SEN, sur le long terme, existe un lien dialectique entre développement, la morale de ceux qui nous dirigent (‘l’immoralité étant source  de décadence)  et la démocratie tenant compte  de l’anthropologie  des sociétés, en fait  de réaliser la symbiose entre nos traditions et la   modernité

 

Abderrahmane MEBTOUL
Mardi 17 Mars 2015 - 17:42
Lu 821 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+