REFLEXION

Comment combattre ensemble l’hécatombe routière ?

Hélas, toutes les campagnes de sensibilisation relatives aux accidents de circulation, à travers les différents médias, n’ont pas mis fin à l’hécatombe meurtrière qui continue à endeuiller les familles à travers l’ensemble du territoire de notre pays, malheureusement le bilan ne cesse de s’alourdir.



Un état de fait qui laisse apparaitre la dangerosité des chauffards au volant, et  pour s’en rendre compte de cette gravité, il suffit de conduire son véhicule avec attention. Comme nul ne l’ignore, les accidents routiers déciment annuellement des milliers de vies humaines, engendrant des tragédies sociales et causant des pertes économiques considérables, selon les statistiques communiquées par les services de sécurités tous corps confondus (Police, gendarmerie.. ). 4.000 morts en moyenne par année,  ce qui classe  l’Algérie, à un rang très élevé, parmi les pays tristement célèbres en matière d’accidents routiers.  Ces hécatombes routières, qui imposent un taux élevé,  pénalisant l’évolution du pays, ont incité primordialement les autorités concernées à revoir  le système des sanctions  allant jusqu’au retrait définitif du permis de conduire pour toute personne contrevenante en temps réel , puisque les outils sophistiqués de la communication existent déjà, afin d’éliminer toute tentative d’intervention de récupération du permis ,ainsi que le renforcement des campagnes de sensibilisation et d’informations qui demeurent extrêmement importantes dans la lutte contre l’insécurité routière. Chacun de nous est concerné, nous sommes tous dans l’obligation de trouver une issue adéquate à cette situation aussi  périlleuse, (4000 morts et plus de 100 milliards de DA de pertes économiques) c’est les pertes annuelles en vies humaines et financières. Pourtant le code de la route existait juste après l’apparition d’un nouveau moyen de locomotion ‘’l’automobile «’’où une réglementation  routière semblait nécessaire, des séries de mesures étaient proposées, suscitant de nombreux débats et aboutissant au code de la route le 27 Mai 1921. A ce jour, on déplore  les comportements de certains chauffeurs qui  n’ont pas changé d’un iotat. Le code de la route est fait pour  coordonner la circulation routière des voitures, mais cela ne signifie pas que ses règles formelles soient suivies à la lettre par chaque conducteur. Le code a été conçu pour que la circulation soit facile, dans le but de  limiter les accidents, et savoir se comporter devant une telle situation, éventuellement en route…malheureusement,  il n’est pas respecté. Il est à se demander  pourquoi semble-il ignoré ? Pourtant la nécessité de le respecter parait évidente, puisqu’il s’agit  d’une question de vie ou de mort, cela ne veut pas dire que nous tous, conduisons sans règles de conduite, en fait certains chauffeurs ont aussi inventé leur propre code ‘’ informel ‘’qui s’avère moins bon que le code formel du fait du manque de mesures coercitives draconiennes. Le taux des accident s’est bien hissé en Algérie où l’être humain demeure le responsable n°1,  car c’est à lui que revient le contrôle de son tableau de bord, c’est bien lui qui manœuvre le volant de son véhicule, certains chauffards sont à l’origine des sinistres, l’excès de vitesse, les dépassements dangereux, l’insouciance, le non respect de la distance de sécurité, les manœuvres dangereuses, le défaut  de  priorité, la conduite en état d’ivresse, l’insolence de certains piétons….et l’état de nos routes constituent les principales causes  à l’origine de l’hécatombe. Enfin nous souhaitons que les autorités algériennes (tous corps confondus) doivent mettre de nouveau un arsenal coercitif pour mettre fin à ces tragédies quotidiennes qui  endeuillent des centaines de familles, car ces accidents routiers sont devenus la première cause de mortalité en Algérie. Nous espérons que ‘’2017’’ soit une année pacifique de la sécurité routière. 

Wahid Benchikh
Mercredi 30 Novembre 2016 - 20:10
Lu 250 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+