REFLEXION

Cinquantenaire de l’Indépendance : L’argent fou que personne n’a payé !

Chaque jour, quelqu’un ou quelque chose me rappelle que je suis chez moi. Bienvenue en Absurdistan



Cinquantenaire de l’Indépendance : L’argent fou que personne n’a payé !
Même s’il n’a pas été suffisant pour faire le même bond que l’Allemagne et le Japon après leur destruction d’après-guerre, ou émerger du néant sans les mêmes potentialités du chauvinisme comme Singapour, un demi-siècle d’Algérie Indépendante incarne la charge symbolique qui se doit d’être fêtée avec les plus grandes pompes. Surtout quand on dispose de l’argent qui ne nous appartient pas. Quelques millions de dollars de pétards brûlés dans l’air, des milliards de centimes de festins envoyés dans les égouts, et des centaines de milliers d’Euros casqués dans le maquillage d’un pouvoir obsolète à longueur de colonnes de journaux occidentaux, c’est juste des miettes dans la poche d’un Etat soucieux de son peuple. A une échelle locale, que peut bouffer, pour une veillée commémorative hautement symbolique, un Dauphin à Salamandre ? 100 briques ? 140 briques ? Ce sera toujours beaucoup moins que le jet-de-vent au lieu de l’eau, ayant fortement déçu le wali de Mosta tout enthousiaste pour fêter le Saint Juillet. Ce n’était pas une ‘’première’’. Le bled regorge de projets ratés et de constructions à refaire dès la réception. Derrière les montagnes de réalisations statistiques, s’élèvent les lourdes factures des dépenses folles incapables de rendre heureux un peuple éperdument indifférent. La gabegie ne se limitera pas à la communion jaune et éphémère de la veille du Saint Juillet. Elle se prolongera en effet, une année durant, à travers toutes les manifestations et activités habituelles et superflues qu’il suffira de dédier à l'événement. Quel beau prétexte pour ouvrir les vannes de l’argent public en déshérence !  Sidna Djoudi n’a pas à s’inquiéter outre mesure. L’autre Sidna chef s’est vanté avant lui : la crise mondiale ne touchera pas l’Algérie qui nous avait mis de côté près de 200 milliards de dollars. Depuis que le tuyau coule à flots, la devise ‘’pour et par la rente’’ s’est échangée contre le slogan du ‘’par et pour le peuple’’. Un slogan malheureusement creux. Et faux.

M.O.T.
Dimanche 8 Juillet 2012 - 11:29
Lu 276 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+