REFLEXION

Chiffres éloquents de la gendarmerie nationale : 4 524 personnes arrêtées dont 3178 individus écroués à Oran

Avec l’ébullition d’une jeunesse désœuvrée et marginalisée, le port d’arme, le vol, l’agression, le crime et la consommation de drogue sont autant de délits qui ne sont plus inquiétants. La criminalité a dépassé le seuil de la normale.



Chiffres éloquents de la gendarmerie nationale : 4 524 personnes arrêtées dont 3178 individus écroués à Oran
L’heure est grave, ce n’est plus le commentaire de la rue, mais un constat qui ressort du bilan de la gendarmerie nationale depuis le 1er janvier de l’année courante. Un recensement qui au bout de huit mois, met en exergue toute la dégradation sécuritaire et sociale caractérisant Oran dans son ensemble à l’échelle de la wilaya. Or, faut-il encore souligner que les chiffres présentés ne concernent exclusivement que les activités de la gendarmerie nationale. Ce qui renseigne du reste de toute l’ampleur du danger qu’encourent les Oranais, si une éventuelle étude venait s’intéresser à tous les bilans des différents corps de sécurité. Pour revenir aux chiffres de la gendarmerie nationale du groupement régional d’Oran, il est indiqué que 4 524 personnes ont été arrêtées dont 3178 individus ont été écroués dans le cadre de mandat d’arrêt. Les interpellations ont été jugées nécessaires, selon la même source, pour différentes raisons dont 12 crimes, 640 délits et 86 contraventions. Et en dépit du renforcement sécuritaire que prenait les différents corps de sécurité notamment en ce mois de ramadhan. La gendarmerie parle de 121 homicides. Or, faut-il encore souligner à cet égard que l’intervention des éléments de la gendarmerie se limite au territoire des petites communes. Le même bilan à Oran-ville devrait certainement donner froid au dos. Et à prendre en considération. Evidemment l’agression par arme de différentes sortes est dans tous ses états. En fait, rien qu’une randonnée au marché de Medina J’dida en dira long sur le commerce illégal dont les conséquences, sont connues au demeurant. Dans un autre sillage il a été également recensé l’arrestation de 120 Africains pour faux, usage de faux et falsification de documents officiels. Ces mis en cause viennent généralement du Bénin, du Mali et de la Sierra Léone pour postuler à l’immigration clandestine vers le nord avant de se voir pris dans le couloir infernal du trafic de tous genres. Au passage, il y a lieu de noter que certaines langues parlent même de l’esclavagisme que rencontrent ces Africains embauchés par des patrons peu scrupuleux. Le quartier de Petit Lac, à titre d’exemple peut bien illustrer ce tabou sur lequel on ferme les yeux. Quant au trafic de drogue, il a été enregistré 184 délits d’où 196 personnes ont été arrêtées qui sont généralement de petits dealers que l’on détecte facilement dans les petits quartiers. Alors que durant la même période, 127 personnes avaient été arrêtées l’an dernier.

N.Bentifour
Dimanche 13 Septembre 2009 - 00:45
Lu 398 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+