REFLEXION

Chemouma, le douar de la ville !



Finalement, les anciennes cités urbaines de la ville des mimosas qui n'existent plus, restent largement marginalisées et sombrent dans l'insalubrité la plus totale. En ce sens, les résidents de la cité Chemouma, éprouvent tant de difficultés à évoluer au sein d'un environnement des plus malsains. Ils arpentent des ruelles presque totalement dégradées qui se transforment en marécages dès les premières gouttes de pluie, pataugent dans les ordures qui envahissent la cité, et circulent le soir en pleine obscurité en s'exposant à tous les dangers. Ce calvaire quotidien est causé par l’absence des commodités les plus élémentaires, dont le manque d'entretien de certaines chaussées, l'insuffisance de l'éclairage public, l'irrégularité de la levée des ordures , l'absence de vidange des bacs d'ordures dont certains débordent de partout et surtout la présence de dépôts d'ordures qui attirent tous les chats et autres chiens errants de la ville .Ces malheureux citoyens se sont adressés à l'APC qui leur a promis d'améliorer le cadre de vie dans le proche avenir, mais à ce jour et malheureusement, aucune mesure ne semble avoir été prise.         

 

L.Ammar
Lundi 7 Décembre 2015 - 18:15
Lu 242 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+