REFLEXION

Chantage à l’égyptienne

Le délire a atteint son paroxysme. L’Egypte passe à la vitesse supérieure en demandant carrément de l’argent pour le retour de son ambassadeur.



Chantage à l’égyptienne
Du délire à l’absurde, les égyptiens prouvent encore une fois qu’ils sont d’une lâcheté incroyable et matérialistes jusqu’à la moelle. La fraternité, le panarabisme, l’Islam, ne sont que de vains mots. Ils récidivent à leur manière répugnante et crasseuse, ils veulent encore de l’argent, seule la femme pourrait se comporter de la sorte chez nous. Les égyptiens ont encaissé pas moins de 300.000 dollars dans l’affaire dite « Belloumi », pour que ce dernier puisse enfin quitter le territoire national et pouvoir accomplir la Omra aux lieux saints de l’Islam sachant qu’il était innocent, et qu’il n’était pas l’auteur des coups et blessures portés au médecin égyptien, il n’était que victime d’une certaine mascarade, mais de là, à se permettre de quémander à chaque fois que ce pays ait un problème à l’extérieur, ce n’est que bassesse et déshonneur. Les algériens en fins connaisseurs des réalités égyptiennes notamment en cette période de règne de Moubarak, ont tout de suite compris que la crise que celui-ci a orchestrée n’a pour objectif que de renforcer l’union autour de son clan dans la perspective de la succession dont les grandes manœuvres ont déjà commencé pour booster la candidature de l’un des ses fils. L’Algérie n’a pas voulu répliqué, ce n’est pas par faiblesse, mais le grand respect dont jouit notre pays auprès du monde arabe, de l’union africaine et auprès de l’Occident, ne lui permettait pas dans une certaine mesure de répondre à des propos qui n’ont aucun sens et dont le potentat vieillissant qui sévit au Caire mène le bal. Le déchaînement anti-algérien en Egypte va se poursuivre encore un bon moment. Il n’est pas de l’intérêt du clan Moubarak qu’il cesse. L’on continuera encore au Caire à insulter et à provoquer l’Algérie et son peuple. L’opération a été conçue pour enflammer le sentiment patriotique du peuple égyptien, dont Moubarak et ses conseillers escomptent exploiter l’embrasement au profit de leur clan et son candidat. La machine guerrière contre l’Algérie a été mise en branle et personne ne pourra l’arrêter, tant que le clan Moubarak n’aura pas l’assurance d’être à l’abri de toute tentative de coups d’état à l’approche de l’élection présidentielle. Le match de football comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde n’a été au fait qu’un prétexte tombé à point nommé pour lancer cette campagne haineuse contre l’Algérie et son peuple dans le seul but de détourner l’opinion publique égyptienne de ce qui se trame à haut niveau à l’effet de placer Gamal Moubarak à la tête de l’Egypte. Mais le peuple égyptien n’est pas dupe à ce point pour se laisser berner. Tôt ou tard, le dictateur déchantera. Que ses affidés continuent d’aboyer, leur réveil sera pénible.

Amara Mohamed
Mercredi 9 Décembre 2009 - 23:01
Lu 692 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+