REFLEXION

Centre ville de Mostaganem : Un bazar à ciel ouvert

Peut on considérer la ville de Mostaganem, comme une ville moderne, il est clair que oui, cependant, à voir son aspect, on est enclin à se demander où sont passées les autorités, du fait du laisser aller qui a investit toutes les rues avenues et moindres espaces de cette cité.



Centre ville de Mostaganem : Un bazar à ciel ouvert
Conditions d’hygiène déplorable, ruralisation galopante, et au train où vont les choses le citoyen de cette ville parfois reste sans voix du fait de l’anarchie qui y règne, sans que les autorités ne s’en inquiètent et laissent faire.  En plus du marché d’Ain Sefra qui est devenu une plaie, pour la ville du fait de la saleté, du marché informel  et de l’encombrement systématique de cette agglomération qui grouille de monde, il y a lieu de se demander si un jour l’on prendra le taureau par les cornes afin d’éradiquer ce mal intérieur qui ronge cette cité dont le charme a disparu. Depuis que les trottoirs et les escaliers ont été squattés, le citoyen Mostaganémois à toutes les peines du monde à se frayer un chemin. De nos jours, tout le monde veut devenir commerçant et les commerces informels poussent comme des champignons et  chacun dicte sa loi en s’accaparant du moindre espace, condamnant des rues entières. Le centre ville de la capitale du Dahra se trouve défiguré au vu et au su de tout le monde et le  phénomène a tendance à prendre de l’ampleur dénaturant ainsi, la vraie image de l’ancienne ville. Un véritable casse tète qui ne cesse  de pousser d’une seconde à l’autre, car tous les lieux publics, ruelles et trottoirs ont été  totalement pris d’assaut, transformant le centre ville en un gigantesque bazar. Le constat est d’autant plus flagrant de par la déperdition de l’esthétique du centre ville rendant son atmosphère invivable, ajouté à cela le manque d’espaces verts laissant place à la grisaille et à la monotonie. C’est une véritable pagaille, lorsque l’on fixe notre attention sur tous ces commerçants qui grouillent. Les premiers ont choisi les armes blanches, les seconds ont préféré occuper les lieux de stationnement à l’aide de gourdins, dans   une ville dépourvue de place pour la circulation. Tout au long de  la journée à travers une ville transformée en un bazar à ciel ouvert, les piétons et les véhicules se télescopent et trouvent  du mal  à trouver leurs marques les uns ont squatté les rues, les autres les trottoirs qui sont devenus presque des propriétés, et ce au grand dame des autorités locales.  Par ailleurs, si l’on doit ajouter à tous ces désagréments, durant ce mois de nombreux quartiers sont envahis par les ordures et autres déchets  de toutes sortes et le centre ville à proximité du marché couvert ou de l’Ain Sefra  on a l’impression de vivre dans une décharge. Des tonnes d’ordures s’amoncellent ici et là,  présentant un décor désolant, et chacun trouve son compte pour abandonner ses déchets à même le sol profitant de l’absence des services concernés. Avec l’absence totale  de civisme et  le laisser-aller, la ville de Mostaganem s’est transformée en une véritable décharge  publique à ciel ouvert sans que personne n’y fasse quoi que ce soit pour dire en fin de compte que même le citoyen est complice de cet état de fait.       

Tayeb-Bey AEK
Lundi 9 Avril 2012 - 10:33
Lu 1242 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par Dounia le 09/04/2012 18:55
Vous pouvez le dire un bazar à ciel ouvert. Hélas Mostaganem , il y a de cela des décennies . Une ville qui s'est clochardisée. Ceux qui ont fait le tour du pays, affirment que peut ère une ou deux villes et le reste kif kif. C'est vraiment regrettable. Certains, sont allés loin et ils affirment qu'au niveau du Maghreb, les villes d’Algérie connaissent une régression qui n'a jamais été constatée auparavant. Pourquoi? point d'interrogation. En principe la gestion revient au maire comme c'est le cas en Europe.
La question que l'on se pose que font les autorités locales de Mostaganem, que font ils du budget que l'état leur octroie? ..... Les responsables chez nous cherchent le titre, l'argent , les voyages aux frais de la princesse et le reste tan pis.

2.Posté par b le 09/04/2012 19:42
Bonsoir, j'avais toujours contester ce qui nous gouvernes dans de tels conditions et personne ne veux faire un rappel à l'ordre !!! aujourd'hui ça se passe devant chez nous ; mais demain ça va être chez eux ; comme ça toute le monde va subir l'intoxication totale par la vois publique négliger!
Mostaganem , Constantine, et Tlemcen étaient une réelle référence Algérienne .

3.Posté par Blandine le 12/04/2012 17:33 (depuis mobile)
La Wilaya de Mosta, Elle est plus belle et propre en comparaison d'autre ville

4.Posté par Blandine le 12/04/2012 17:33 (depuis mobile)
La Wilaya de Mosta, Elle est plus belle et propre en comparaison d''autre ville

5.Posté par Blandine le 12/04/2012 17:33 (depuis mobile)
La Wilaya de Mosta, Elle est plus belle et propre en comparaison d''''autre ville

6.Posté par Blandine le 12/04/2012 17:33 (depuis mobile)
La Wilaya de Mosta, Elle est plus belle et propre en comparaison d''''autre ville

7.Posté par Blandine le 12/04/2012 17:34 (depuis mobile)
La Wilaya de Mosta, Elle est plus belle et propre en comparaison d''''''''autre ville

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+