REFLEXION

Carnaval Fi Dechra

DES CANDIDATS A L’IMAGE DE "MAKHLOUF BONBARDIER"

Comment devons nous appeler cette campagne, cirque ou carnaval, du fait que lorsque l’on fait la comparaison entre nos candidats et Makhlouf Bonbardier du film algérien Carnaval fi Dachra , il semblerait que nos candidats font dans l’identique du fait que ce n’est pas une fiction que l’on est entrain de vivre mais cette fois une réalité à Mostaganem.



Carnaval Fi Dechra
Tout comme notre héros, nos candidats se sont entourés de partenaires flon-flon, pour organiser une très grande campagne pour leurs  élections. Aucune différence entre Bonbardier qui dans le film veut devenir maire du village, Notre héros comme nos candidats repris de justice il est poursuivi par la cour des comptes pour détournement d'argent une façon d’échapper aux poursuites cherchant l’immunité. L’objectif est de devenir député car ils sont tellement séduits par le pouvoir.

Il serait alors temps d’envisager une loi de "zéro punition" pour soi-même
Les législatives de 2012 ont ce goût de déjà vu, du fait de la  fausse dynamique actuelle savamment entretenue mais qui ne constitue qu’un leurre destiné à formater l'opinion publique. Ce pseudo-élan  de carnaval fi Dechra qui se joue à Mostaganem par les têtes de liste du RPR, PT, ANR, MSP, El Islah, Ennahda, FLN, RND, FNA, et autres partis satellites, et indépendants  pourrait désappointer l'électeur, car nos Makhlouf Bonbardier, depuis qu'ils sont entrés en campagne, avec eux nous avons droit chaque jour à une débauche de moyens et de discours détournés, qui ne manque pas de brocarder le citoyen et indisposer la classe politique surtout concernant ceux qui ont été  raccompagnés à la porte. Si certains se sentent  en fait obligé de rempiler pour échapper à la justice, comme notre cher héro Makhlouf Bonbardier, il serait alors temps d’envisager une loi de "zéro punition" pour soi-même. Dans ce cas, pour se vendre au plus offrant, chaque candidat devrait envoyer l'image subliminale celle où le portrait le met en valeur pour se vendre au plus offrant, mais en attendant il faut bien  poser pour la galerie, pour mieux se présenter à ce citoyen qui ne se retrouve plus, tout en semblant lui dire moi ou personne. Aussi on affiche partout, sur les arbres, les murs, les panneaux de signalisation, les bancs des jardins à l’intention des retraités, sur les voitures, sur les poteaux électriques et sur tout et tout. Pauvres citoyens que nous sommes, pour qui on nous prend s’écrient certains, et d’ajouter  si nous écoutons ce chant-là, demain nous allons pleurer et la « Nadma » nous emportera sur les mêmes chemins de désespoir que nous avons connus jusqu'à présent. On vocifère, on s’agite, et on fait une énième promesse à nos jeunes, en leur promettant qu’ils vont leur ouvrir une banque pour qu'ils puissent s'offrir leurs rêves, aussi nous voilà prévenus comme qui dirait Makhlouf Bonbardier, à savoir qu'ils nous feraient une annonce de promesse par jour, jusqu’aux 10 mai.

Dépecer la bête avant même de l'avoir mise à terre
Gardant à l'esprit, que le premier challenge de ces  candidats est que leurs programmes bien léchés, est celui de convaincre les électeurs de se déplacer, ce qui est loin d'être gagné d'avance, car nos « si flen et flen » sont à court d'arguments et de propositions aussi se sont-ils tous mis d’accord pour les remplacer à coup de portefeuille, avant qu’ils n’en viennent  aux mains, ce qui aura l'avantage de pousser le citoyen à assister à ce cirque qui a mis en place le chapiteau  prêt  pour le spectacle, aussi faut-il s’attendre aux attaques  frontales et aux coups bas, des uns et des autres qui  n'ignorent pas qu'il leur faut taper le "fer tant qu'il est bien chaud pour grappiller au FLN les électeurs traditionnels  "déjà déçus" devenus orphelins, Quoi qu'il en soit, on est passé d'ores et déjà en configuration de duel, qui ne vient que de commencer et dont on ne connait pas l’issue. Cependant, nos candidats commencent déjà à plancher en cas de défaite sur les APC et APW, car il est dans leurs  traditions de dépecer la bête avant même de l'avoir mise à terre.  C'est à se demander si c’est une campagne électorale ou un nouveau cirque de bonimenteur joué par nos Makhlouf Bonbardier....! Nos candidats pensent déjà aux sièges confortables et aux prébendes juteuses qu'elles peuvent offrir aux vainqueurs. Le feu, les haricots, la pomme de terre, la sardine, le riz, et toutes les récompenses possibles sont exhibés à coups de couffins distribués aux  rouges qui crèvent de faim en attendant, le nouveau contrat social qui sera renvoyé aux calendres grecs. Pour ces candidats, la démocratie est mal faite, le jeu majoritaire trop rude-impitoyable pour les perdants. A l'issue de ces législatives de 2012, il faut s’attendre à ce que tous les parasites politiquement liquidés aussi puisque nous sommes dans cette hypothèse, aillent  illico opter pour d’autres  nationalités  s’ils ne sont pas élus. Cela est d'autant plus navrant que l'insalubrité politique, ne cesse de faire son effet, car croyez moi le "out", politique pour le moment s’est fait au détriment des soutiens locaux de la grande Dechra et revoilà les hommes du passé en passe de former une alliance pour les cinq ans à venir, pour le recyclage de l'idéal. L'échec de la politique est là et bien là, au vue de cette foule excédée qui grossit pour élire un Makhlouf Bonbardier parce qu’il n’y a pas meilleur que lui.

Benyahia Aek
Jeudi 19 Avril 2012 - 13:06
Lu 1680 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+