REFLEXION

Cacophonie autour de la libéralisation de l’audiovisuel en Algérie

Fondement des libertés au sens large, je considère, comme j’ai eu souvent à l’écrire, qu’avec la révolution du système des télécommunications, en ce XXIème siècle, posséder l’information n’est plus le quatrième pouvoir mais le pouvoir lui même.



Cacophonie autour de la libéralisation de l’audiovisuel en Algérie
 1. Monopole  et Etat de non Droit
Les propos au début rassurants  tenus par le gouvernement sur l’ouverture médiatique  n’étaient qu’un mirage  à l’instar des autres  réformes politiques et économiques  promises  sous la pression,  au lendemain du printemps arabe.  Nous sommes toujours en situation de monopole : politique, économique, social  et culturel. Il faut le reconnaitre avec objectivité, les cinq télévisons publiques algériennes n’ont plus ou peu d’impacts, étant en situation de monopole néfaste et de verrouillage du paysage médiatique, ne répondant plus aux attentes des téléspectateurs locaux. ENTV, Canal Algérie, A3 et les deux autres annexes étant des copies conformes. Ils reproduisent  des images et des discours lassants, sans tenir compte ni des mutations mondiales ni internes, étant un facteur de démobilisation et un gaspillage financier. La population algérienne, en majorité parabolée et, surtout notre jeunesse, se tourne vers d’autres chaines satellitaires étrangères. Cela traduit  le manque de vision  avec des propos contradictoires à intervalles réguliers   des responsables cette instabilité juridique perpétuelle qui  décourage d’ailleurs tout investissement sérieux. Cela est la conséquence d’une gouvernance mitigée, du  manque de visibilité et de cohérence dans la politique socio-économique étant le  produit des rapports de forces  qui se neutralisent, étant donc dans le statut quo. Cependant depuis l’annonce de l’ouverture audiovisuelle aux privés, plusieurs chaînes de télévision algériennes ont été  mises sur orbite contournant le blocage en diffusant leurs émissions depuis l’étranger. Echorouk TV, Ennahar TV, El Djazairia, Al Magharibia, El Adala et Dzair Shop TV ont ainsi fait leur entrée dans le paysage audiovisuel algérien, avec des sièges à l’étranger notamment au Liban et en Jordanie  mais les journalistes et techniciens employés sur ces chaînes  étant basés en Algérie. Je souhaite à nos amis journalistes bonne chance dans cette nouvelle expérience médiatique. Cependant force  est de signaler qu’à  part Al Magharibya TV, qui est de droit britannique et qui est détenue par des capitaux provenant de privés algériens et des opérateurs qataris, et dont le dossier a été déposé au niveau de l’Ofcom (Independent regulator and competition authority for the UK communications industries), l’équivalent du CSA (Conseil supérieur audiovisuel français) et Beur TV qui est de droit français, la majorité de ces nouvelles chaînes de télévision n’ont pas d’existence administrative et sont considérées comme des télévisions Offshore. Tôt au tard, ces chaines  seront confrontés  au respect des règles strictes du transfert des changes. Paradoxe, le  Ministre reconnaît l’impuissance  de son département face à cette   situation. « Je ne puis intervenir  face à cette profusion de télévisions à cause du vide juridique »  a déclaré le Ministre le 02 mai 2012 dans un entretien accordé à l’APS à la veille de la célébration  de la journée mondiale de la liberté de la presse. Comment dès lors un pays  peut-il se faire respecter tant par d’autres nations que par ses citoyens lorsqu’il ne respecte pas  ses propres lois. Dans ce  cadre,  nous sommes dans un Etat de non Droit traduisant le divorce Etat citoyens. La liberté au sens large permet de réaliser une symbiose entre l’Etat les citoyens. En Algérie les élections du 10 mai 2012 ont montré un large fossé du fait que l’addition du  taux d’abstention, des bulletins nuls, et le pourcentage  citoyens en âge de voter qui ne se sont pas inscrit, l’on arrive à 75%. La lecture attentive en langage diplomatique, du rapport   des observateurs européens, arrive à cette conclusion, bien que ces élections se soient déroulées dans le calme, du fait de la faible transparence, à un désintérêt des citoyens algériens pour ces élections, donnant une assemblée non représentative. Ce  message lourd de sens,  au moment des profonds bouleversements géostratégiques, a t-il été décodé par le pouvoir algérien ?

2.-Discours contradictoires autour de l’ouverture de  l’audio visuel
 Nous sommes en pleine cacophonie du fait  qu’au niveau des hautes structures du pouvoir, il n’y pas de consensus à ce sujet. En effet, le Ministre de l’information annonce suite au conseil des Ministres du 12 septembre 2011 que « Le champ audiovisuel sera ouvert en 2012 ». Puis dans une seconde déclaration il exclut tout partenaire étranger. Une autre  déclaration date de fin février 2012, je le cite « nous commençons d’abord avec les chaînes thématiques. Après, il y aura peut-être une évolution de la législation et, en fonction de cela, la future loi sur l’audiovisuel qui  fixera ce qui sera autorisé ». Et le 07 aout 2012, le ministère de la Communication par la voie d’un de ses  conseillers (information  reproduite  par APS) affirme «  qu'une commission d'experts a été installée en mai 2012 et  un séminaire pour le mois de septembre  2012 » sans aucune date précise  ni sur la date de promulgation de la nouvelle loi de l’information, ni   surtout des prérogatives précises de  l’autorité de régulation et de sa composition. Ces atermoiements, il ne faut pas être naïf,  ne sont pas le fait du Ministre ou de son conseiller mais provient d’une autorité supérieure. Et se pose  cette question : l’objectif   n’est-il  pas  de vouloir  faire des nouvelles chaines des annexes des  télévisons  publiques avec comme pression la publicité dans laquelle aucune chaine de télévision privée ne peut durer ? .Pourtant  le large discrédit avait été prononcé par le Ministre de l’information lui-même lors du forum à El Khabar en septembre 2011.  Je le cite «  Si l’année dernière, je me suis excusé auprès des Algériens, aujourd’hui, je pleure avec eux, pour ce qui se passe à l’ENTV ». Après cette décision, bon nombre de journalistes algériens, et ils sont nombreux  à être compétents,  iront vers les chaines internationales étrangères où ils s’épanouiront. Cette cacophonie  désarçonne  ceux qui ont crus, au  seul respect de  la loi algérienne,  de geler leur  initiative.  L’objectif stratégique  n’est-il pas d’éviter  la monopolisation néfaste  des décisions et de favoriser la concurrence des idées, favoriser le dialogue des cultures entre l’Orient et l’Occident, source d’enrichissement mutuel, afin d’éviter le racisme et les faux préjugés.  Mais que l’on s’entende bien .La pérennité et la crédibilité  de toute chaine sont fonction d’un bon management stratégique et de la qualité de la ressource humaine et nécessite un important capital social de départ, la rentabilité n’étant acquise qu’à moyen terme. Tôt ou tard, à moins d’un partenariat international  algériens/étrangers, tout en respectant la  règle des 49/51%, certaines chaines privées  made in Algéria, ou de certaines chaines  Etat/privé national véritablement indépendantes du pouvoir, seront  non rentables dans la mesure où  nous ne pensons pas avec cette concurrencé internationale  et l’ère d’Internet,  que les chaines sportives et autres, made in Algeria, puissent concurrencer celles de l’international.  En conclusion, il  est temps que les dirigeants agériens se mettent au diapason du monde moderne et évitent l’illusion de l’ère soviétique  des années 1970 marquée par la propagande   de ses médias. Au XXIème siècle, le fondement de la démocratie et le développement des libertés passent forcément par la liberté d’expression. Pourtant, l’ouverture médiatique en Algérie, fondement de tout processus démocratique fiable,  est encore  une chimère supposant une nette volonté politique de démocratisation. Entre les paroles, surtout pour la consommation extérieure  et les actes au niveau intérieur,  existe un divorce croissant. A l’heure où le monde et devenu une  maison de verre, cela ne peut que conduire au discrédit national et international de tout pouvoir se  fondant sur cette propagande d’autosatisfaction,  devenue au cours du temps contreproductive et suicidaire pour le pays.

Dr. Abderrahmane MEBTOUL
Lundi 13 Août 2012 - 00:17
Lu 552 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+