REFLEXION

CROISSANT ROUGE ALGERIEN: Le comité de wilaya prépare des actions sur le terrain

Réunis au siège du Croissant rouge de Mostaganem, le comité de wilaya prépare activement des actions sur le terrain. Le président du comité local, le Docteur Khelifa, compte sur le concours des autorités locales pour concrétiser certains objectifs à moyen et long termes.



La première étape sera une rencontre avec le wali pour étaler les besoins du croissant rouge qui, en cas de catastrophe naturelle, est le premier à intervenir sur le terrain. Dans ce registre, le croissant rouge devra d’abord disposer d’une banque alimentaire et cela pour faire face à tout imprévu. Le comité local table sur 150 quintaux/année de semoule, 150 quintaux de farine, 50 quintaux de riz, 50 quintaux d’haricots secs, 50 quintaux pois-chiches, 50 quintaux de lentilles, 50 quintaux de pâtes, de l’eau minéral, de l’huile…etc, qui constitueront un stock de sécurité initial. Ces quantités augmenteront au fur et à mesure car pour une ville comme Mostaganem, ces quantités restent insignifiantes. En matière de tentes et couvertures, les membres du comité local tablent sur 400 tentes sur quatre années et 1000 couvertures. L’acquisition d’un véhicule est nécessaire et de préférence une ambulance car le comité local dispose d’un seul véhicule actuellement. Au niveau du parc, il existe plusieurs carcasses mais complètement réformées. Malgré tout, le docteur Khelifa compte désigner un expert pour évaluer les besoins en outillage et matériels divers qui sont d’une importance capitale, en cas de catastrophe ou d’une inondation par exemple. Les bénévoles auront besoin de matériel pour accomplir différentes tâches. Dans ce contexte, les besoins se chiffrent en une centaine de brouettes, pelles, pioches et râteaux. Pour ne pas continuer à compter éternellement sur les pouvoirs publics, le comité voudrait bénéficier d’un matériel pour la création d’un atelier de couture par exemple et cela pour s’autofinancer et avoir ses propres ressources. Dans le domaine de la sensibilisation, le croissant rouge est en train de préparer des actions au niveau des écoles et cela pour apprendre aux enfants les gestes qui sauvent en cas d’accident domestique ou de catastrophes comme par exemple en cas de tremblement de terre, se mettre sous une table est un geste qui pourrait les sauver. Un autre défi tente les membres du comité local comme par exemple préserver l’environnement qui est une idée qui leur tient à cœur et qu’ils voudraient mettre en œuvre en ciblant à chaque fois un quartier. Il s’agit d’installer une tente et de dispenser le matériel nécessaire pour le nettoyage mais aussi de l’eau fraîche, des boissons, du café…etc. C’est une façon de faire aimer aux jeunes du quartier cette tâche et les sensibiliser pour entretenir leur quartier et d’aimer la propreté. D’autres projets ambitieux ont été débattus lors de la réunion comme le tabagisme, la drogue, la sexualité…etc. Il faudrait sensibiliser les jeunes sur les risques qu’ils encourent et essayer de travailler avec les services concernés sur la façon avec laquelle le croissant rouge pourrait intervenir en tant un auxiliaire des pouvoirs publics. Il faudrait savoir que le sujet du sida reste un tabou et on n’en parle pas tellement car dans d’autres pays on en est au 18ème slogan « comment vivre avec le sida ». La prise en charge des vieux vivant seuls et rendre visite aux malades sans familles, sont des idées qui sont à l’étude. Il y a quelques années, une équipe du croissant rouge qui avait rendu visite à une vieille dame vivant seule, a eu la désagréable surprise de la trouver dans un état déplorable, sa jambe était gangrénée et grâce à une évacuation rapide et l’intervention du secteur médical, la dame a été opérée et amputée et ellevit actuellement à la maison de repos de Debdeba. Elle se porte très bien. Le président et les membres veulent marquer leur présence lors de certaines journées mondiales, cela ne peut se faire sans le concours des éventuels donateurs et partenaires du croissant rouge, qui ont toujours répondu présents. Le seul problème reste celui des dons qui se faisaient par le passé au croissant rouge mais qui se font autre part. Le président tient à rappeler que le croissant rouge fonctionne grâce aux dons et ne bénéficie d’aucune subvention de l’Etat.

Mihoub
Mercredi 4 Mai 2011 - 13:36
Lu 456 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+